•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Régis Labeaume d’accord pour retarder le déménagement des policiers

Régis Labeaume, maire de Québec.

Régis Labeaume, maire de Québec

Photo : Radio-Canada

Jonathan Lavoie

Le maire de Québec est réceptif à la possibilité de garder ouverts plus longtemps que prévu les postes de police de Charlesbourg et de La Haute-Saint-Charles. « Je suis d’accord avec ça », répond Régis Labeaume quand on lui soumet l’idée de geler le déménagement du personnel.

Ce déménagement devait initialement avoir lieu cet automne, mais il a été repoussé au printemps en raison d’un important retard dans les travaux d’aménagement de l’édifice F.-X. Drolet, qui doit accueillir un nouveau poste de quartier et la cour municipale.

F.-X. Drolet, les travaux sont retardés parce qu'on n’a pas de permis du ministère de l'Environnement. Autrement, ça se serait passé comme on l'avait prédit, soutient Régis Labeaume.

Ça a un effet domino sur le déménagement.

Régis Labeaume

La date de construction de la nouvelle centrale dans le quartier Lebourgneuf n’a pas non plus été annoncée.

Dans ces circonstances, la Fraternité des policiers de Québec demande le maintien des postes de Charlesbourg et de La Haute-Saint-Charles tant et aussi longtemps que le nouveau quartier général ne sera pas inauguré.

Régis Labeaume rappelle que la Ville ne gère que le volet immobilier du projet. C’est à la direction du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) de planifier les mouvements de personnel.

Le chef est assez compétent pour prendre de bonnes décisions, laisse tomber le maire.

Dans une réponse par courriel, lundi, le SPVQ répète que l'objectif est toujours de déménager les patrouilleurs au printemps 2020 dans les postes de Sainte-Foy et de la centrale Victoria.

Nouvelle centrale en 2022?

Avare de détails, le maire se contente de dire que le projet de nouvelle centrale dans le secteur Lebourgneuf progresse bien.

L’objectif de la Ville est toujours de livrer le bâtiment en 2022. Il le faut, on travaille fort là-dessus.

Régis Labeaume n’était toutefois pas en mesure de garantir qu’un comité plénier aurait lieu sur la question cet automne.

C’est ce qu’avait promis son administration et c’est un moment que les partis d’opposition attendent avec impatience depuis des mois.

Ça s'en vient, quand on sera prêt on vous le dira, se contente de rétorquer Régis Labeaume.

Question de choix politique

L’absence de réponse claire de l’administration Labeaume fait dire à l’opposition officielle que le maire est incapable de faire avancer le dossier.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, fait valoir que la nouvelle centrale de police semble bien loin dans la liste de priorités de Régis Labeaume.

On est dans les services de base, le maire a fait des choix politiques. Il a choisi de se payer un grand marché à 25 millions de dollars, un anneau de glace à plus de 20 millions de dollars. Ça, ç'a avancé par exemple, illustre M. Gosselin.

Québec 21 et Démocratie Québec réclament un comité plénier sur la question le plus rapidement possible. Le conseiller Jean Rousseau rappelle que ce comité devait avoir lieu cet automne.

À Québec, le slogan, ça devrait être : payez vos taxes et fermez vos gueules. Voyons donc! Les citoyens ont des attentes, c'est normal qu'on leur réponde, peste le seul élu de Démocratie Québec.

En conférence de presse, le maire a aussi laissé entendre que les résidents de Québec étaient peu intéressés au dossier de la nouvelle centrale de police.

Jean-François Gosselin et Jean Rousseau soutiennent qu’au contraire, ils s’en font parler fréquemment par des citoyens qui aimeraient y voir plus clair.

Québec

Politique municipale