•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Greta Thunberg aux dirigeants du monde : « Vous avez volé mes rêves et mon enfance »

Le reportage de Jean-François Bélanger

Photo : Reuters / Carlo Allegri

Isabelle Maltais
Mis à jour le 

C’est à l’obsession de la croissance économique que Greta Thunberg s’est attaquée lors de son discours au sommet sur l'urgence climatique organisé par l’Organisation des Nations unies (ONU) à New York. Peu avant, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait appelé les acteurs économiques à appuyer « un nouveau modèle de développement ».

Demandant d’un ton virulent aux membres de l’assemblée comment ils avaient pu oser « détruire les rêves des jeunes avec leurs paroles vides », l'adolescente a rappelé que les scientifiques lancent des avertissements très clairs sur le déclin de la planète depuis une trentaine d'années.

Comment osez-vous détourner le regard et venir ici dire que vous en faites assez, quand les solutions et les politiques ne sont pas du tout sur la table?

Greta Thunberg

Greta Thunberg vue par ses pairs suédois

Malgré « le début d’une extinction massive d'espèces », la jeune fille de 16 ans a dit espérer que tout n'était pas encore perdu.

« Vous dites que vous entendez et que vous comprenez l’urgence, mais […] je ne veux pas le croire, car si vous compreniez réellement la situation et que vous continuiez à agir ainsi, vous seriez l’incarnation du mal. Et je refuse de le croire », a-t-elle lancé.

Déplorant la recherche de la « croissance économique éternelle », elle a assuré que le changement était en marche.

Nous n’allons pas vous permettre de vous en sortir impunément. Le monde se réveille et le changement est à la porte du destin, que vous l’aimiez ou non.

Greta Thunberg

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a ouvert le sommet, avait été lui aussi plutôt tranchant en s’adressant au parterre de dirigeants politiques et économiques, pour ensuite redevenir plus pragmatique.

Est-ce que ça vous semble logique d’attribuer à l’industrie des combustibles fossiles [en la subventionnant] des milliards de milliards de l’argent durablement gagné par les contribuables, pour que nous ayons des maladies tropicales, des ouragans et des conflits sociaux? Est-ce logique d’avoir de plus en plus de centrales au charbon qui nous étouffent?

Antonio Guterres

Indiquant qu’il est toujours possible d’inverser la tendance et de limiter suffisamment le réchauffement planétaire pour éviter une catastrophe totale, M. Guterres a souligné que pour ce faire, « des transformations en profondeur [devront] se produire au sein de nos sociétés ».

Il s'agit notamment de changer notre « façon de produire des denrées alimentaires, d’utiliser les sols, de consommer des carburants pour se déplacer et d’alimenter nos économies en énergie ».

Avançons vers une transformation planétaire de la finance compatible avec un monde neutre en carbone.

Antonio Guterres

Antonio Guterres a dit être conscient que ce sommet, qu’il a organisé, ne réglerait pas tous les problèmes, et espérer qu’il permettrait de donner une « nouvelle dynamique » aux prochains échanges sur la question.

Il a également affirmé qu’il était « indispensable » de reconstituer les ressources du Fonds vert pour le climat de l’ONU et de respecter l’engagement de financement pris par les pays développés « afin de soutenir les pays en développement dans leurs efforts d’atténuation et d’adaptation ».

Pas de nouveaux engagements

Toutes ces bonnes intentions n’ont cependant pas semblé faire fléchir les dirigeants des grandes puissances, dont certaines n’étaient même pas présentes à la rencontre, comme le Brésil, l’Australie et les États-Unis. Le président américain, Donald Trump, est cependant venu faire acte de présence pendant une dizaine de minutes.

En fait, bien que plusieurs aient réitéré lundi leur engagement à l’Accord de Paris de 2015, qui vise à intensifier la lutte contre les changements climatiques, aucune ne s’est avancée à prendre des mesures plus radicales.

Sommet sur le climat, un point tournant ?

Plainte au Comité des droits de l'enfant de l’ONU

Par ailleurs, Greta Thunberg, accompagnée de 15 autres jeunes venant d’un peu partout sur la planète, a déposé lundi une plainte auprès du Comité des droits de l'enfant des Nations unies pour protester contre l'absence d’action gouvernementale devant la crise climatique.

Ils allèguent que l'incapacité des États à s'attaquer au problème de la crise climatique constitue une violation des droits de l'enfant. Ils exhortent donc le comité à ordonner aux membres de l’ONU de prendre des mesures pour protéger les enfants des effets dévastateurs de cette crise.

Vendredi, Greta Thunberg sera de passage à Montréal, où elle participera à une marche à l'occasion de la journée mondiale de mobilisation pour le climat. De nombreuses écoles seront fermées pour l'occasion.

Les organisateurs de la marche s'attendent à une participation monstre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Changements climatiques

Environnement