•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 3e lien, « un projet de république de bananes », déplore Luc Ferrandez

Le tunnel aboutira au bout de l'autoroute 40, à l'est de Québec.

Le tunnel aboutirait au bout de l'autoroute 40, à l'est de Québec.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Alain Rochefort

Le troisième lien a subi une autre attaque virulente, dimanche soir, cette fois en provenance de l'ex-maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, qui a qualifié le projet « de république de bananes ».

Celui qui est maintenant chroniqueur radio a profité de son passage à l’émission Tout le monde en parle, sur les ondes de Radio-Canada, pour faire part de son dégoût envers « ce projet démesuré ».

« Je ne peux pas en penser plus de mal. C’est impossible. Pour moi, c’est un projet de république de bananes », a-t-il répondu lorsque questionné sur le sujet par l’animateur Guy A. Lepage.

« C’est l’équivalent de la construction de la copie de la cathédrale du Vatican en Côte d’Ivoire dans la brousse », a-t-il ajouté.

C’est le pire projet de transport de l’Occident.

Luc Ferrandez, ex-maire du Plateau-Mont-Royal

Injustifié

M. Ferrandez estime que la densité de la population de la grande région de Québec ne justifie pas un tel investissement de plusieurs milliards de dollars.

Pour rentabiliser 10 000 déplacements quotidiens, par exemple, il faudrait selon lui fixer un prix de 120 dollars le passage dans le tunnel sous l’île d’Orléans.

« Il n’y a pas assez de monde à l’est pour justifier la construction de ce lien-là. Et même si on développait des quartiers à l’est de Lévis, il n’y aurait jamais assez de monde pour justifier un ouvrage de ce coût-là », a-t-il dénoncé.

Il sourit. Il porte une chemise blanche et un veston bleu.

Luc Ferrandez

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Pas comme Montréal

« Mais à Montréal, il y a des ponts? » a enchaîné Guy A. Lepage.

« Je ne veux pas faire une compétition Montréal-Québec. Avec les chiffres d’achalandage : "Voici ce que ça va coûter par usager", c’est indécent », a rétorqué Luc Ferrandez.

Ce n'est pas la première fois que le troisième lien subit une attaque virulente. Il y a deux semaines, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, accusait notamment « une petite élite montréalaise » de vouloir faire dérailler le projet.

Lehouillier réagissait ainsi à la parution d'un article dans La Presse soulevant l'idée que le projet de troisième lien nuirait au rétablissement de la population de bar rayé.

Québec

Politique provinciale