•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq grands requins blancs repérés au large de la Nouvelle-Écosse

Un autre grand requin blanc rôde au large de Miscou, dans la Péninsule acadienne.

Un grand requin blanc sorti de l'eau entouré de gens et montrant ses dents.

La femelle Unama'ki

Photo : Robert Snow/Ocearch

Radio-Canada

Des chercheurs ont repéré cinq grands requins blancs au large du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, depuis le 14 septembre.

Je crois que c’est plus que ce à quoi on s’attendait, et ce, surtout qu’on n'en est qu’à la moitié de notre expédition, a expliqué Chris Fischer, fondateur et chef de mission pour Ocearch.

Un requin dans l'eau près d'une personne.

Le requin blanc Sydney a été identifié au large de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Robert Snow/Ocearch

Le groupe américain de recherche marine dirige actuellement une expédition près de l’île Scatarie, au large de Louisbourg. L’expédition a commencé le 14 septembre et l'équipe doit rester à cet endroit jusqu’au 4 octobre. Dès le 6 octobre, il doit être à l’île West Ironbound, près de Lunenburg, toujours en Nouvelle-Écosse.

Des cinq requins repérés, trois ont été marqués électroniquement pour que leurs déplacements puissent être suivis. Deux des requins identifiés sont des mâles d’âge adulte nommés Murdoch et Sydney. Un troisième est une femelle adulte surnommée Unama’ki.

Sydney mesure 3,7 mètres et Murdoch 3,9 mètres. Unama’ki est le plus grand spécimen à 4,7 mètres.

En plus de constater l’état de santé des requins identifiés, les chercheurs installent un système de repérage pour être en mesure de suivre leurs déplacements. Il est par ailleurs possible de suivre presque en temps réel les mouvements de ces prédateurs marins sur le site web de Ocearch (Nouvelle fenêtre).

On y apprend que le grand requin blanc nommé Brunswick était au large de Miscou, dans la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick, peu avant minuit dimanche soir. Il mesure un peu moins de trois mètres.

L’objectif de l’expédition est d’en apprendre le plus possible sur les déplacements des grands requins blancs au Canada et sur la santé de la population.

Si la population de requins blancs se porte bien ici, il y aura plus de poissons pour les pêches commerciales et récréatives, a souligné M. Fischer.

Il faut dire que la population est de plus en plus grande et mange beaucoup de poissons, dont la morue. Le phoque est aussi une proie de prédilection du requin blanc.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Faune marine