•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course de l'armée à Ottawa : l'homme dans la vingtaine en état critique est mort

Philip Everson regarde la caméra.

Philip Everson est mort après avoir éprouvé un malaise pendant la Course de l'armée du Canada, le dimanche 22 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Facebook/Philip Everson

Radio-Canada

Un jeune homme dans la vingtaine, qui était en état critique dimanche à la suite de sa participation au 21 kilomètres lors de la Course de l'armée du Canada dans la capitale nationale, est mort. Le Service paramédic d'Ottawa a confirmé l’information lundi matin.

CBC a confirmé que la victime est Philip Everson, un homme de 26 ans. L'incident s'est produit à la ligne d'arrivée vers 11 h 25. Le coureur s'est effondré en arrêt cardiaque.

Les ambulanciers ont pratiqué des manœuvres de réanimation. Malgré ces efforts, il n'a pas pu être réanimé sur place. Il a dû être transporté à l'hôpital en condition critique.

Plusieurs autres coureurs ont été incommodés par la chaleur et l'humidité, le thermomètre affichant au moins 27 degrés Celsius et une température ressentie de 33 degrés.

Au total, 15 coureurs ont été traités par les ambulanciers paramédicaux pour déshydratation, épuisement et problèmes cardiaques. Dix d'entre eux ont été transportés à l'hôpital, dont trois dans un état grave – en plus du jeune homme en condition critique.

Plus il fait chaud, plus c'est humide, plus c'est difficile pour le corps humain de dissiper la chaleur et on a un nombre plus important de coups de chaleur, d'épuisement, de déshydratation, a indiqué Marc-Antoine Deschamps, porte-parole du Service paramédic d’Ottawa, soulignant l'importance de bien s'hydrater durant une course.

Les jeunes ne sont pas à l'abri d'une tragédie, souligne l'entraîneur de course à pied Jean-Philippe Morency, notamment lorsqu'ils ne savent pas qu'ils ont un problème de santé comme une malformation cardiaque.

Il faut s'écouter, savoir quand on se sent trop mal et savoir quand s'arrêter, a ajouté M. Morency.

Avec les informations de Martin Robert et de CBC

Ottawa-Gatineau

Accidents et catastrophes