•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Détournement de transferts en ligne : plus de 50 personnes blâmées par leur banque

René Trudeau, les bras croisés, adossé à une porte d'entrée.

René Trudeau reconnaît que la réponse à la question de sécurité de son transfert d'argent était facile à deviner, mais il partait du principe que les transferts de fonds étaient sécurisés et que l'argent ne pouvait être intercepté.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Cinquante-six personnes dénoncent le fait qu'elles n'ont pas été remboursées après que leurs transferts bancaires en ligne ont été détournés par des fraudeurs. Elles accusent leurs banques de prétendre que leurs systèmes de transfert en ligne sont fiables, sans renseigner les consommateurs sur les clauses réelles de sécurité.

René Trudeau, d'Île-des-Chênes, au Manitoba, a transféré 3300 $ à un entrepreneur qui lui avait installé une porte d’entrée dans sa maison en février. L'entrepreneur n’a jamais vu la couleur du montant.

René Trudeau a immédiatement contacté la Banque TD pour leur signaler la situation. Au bout de trois semaines, il a appris que son argent avait été redirigé vers une autre banque.

Quand j’ai demandé à ma banque où était l’argent et ce qu’il s’était passé, elle semblait plus intéressée à rejeter sa responsabilité, dit-il. Le service à la clientèle était atroce.

Un individu aurait piraté la boîte de courriel de l'entrepreneur et répondu à la question de sécurité « Quel est le nom de votre femme? »

La Banque TD a blâme René Trudeau d'avoir choisi une question de sécurité dont la réponse était facile à identifier. L'entrepreneur avait publié sur Facebook le nom de sa femme. 

Selon les clauses de la Banque TD et d’autres institutions financières similaires, les consommateurs doivent utiliser des questions dont seuls eux et la personne qui recevra l’argent connaissent la réponse. 

René Trudeau admet que la réponse de sécurité était facile à deviner. Il accuse toutefois la banque de prétendre que les transferts d’argent en ligne sont « protégés ».

Plusieurs cas signalés

Cinquante-cinq autres personnes ont contacté GO Public, l'équipe d’enquête de CBC, pour dénoncer une situation similaire à celle de René Trudeau. 

Au total, près de 64 000 $ ont été détournés de transferts d’argent effectués à partir de comptes de différentes banques : TD, CIBC, Banque Royale, Banque Scotia, Tangerine, Simplii, HSBC, Assiniboine Credit Union et Kawartha Credit Union.

Dans le trois quarts des cas, les consommateurs n’ont pas récupéré leur argent.

Le détective Kenrick Bagnall, de la police de Toronto, soutient que les banques devraient en faire davantage pour avertir les consommateurs des risques possibles des transferts d’argent en ligne. 

Les fraudes signalées sont la pointe de l’iceberg, selon lui.

Go Public a tenté d'obtenir une entrevue avec l’Association canadienne des banquiers au sujet du manque de sensibilisation des banques auprès des consommateurs sur l’importance des questions de sécurité.

Le porte-parole de l’association, Mathieu Labrèche, a décliné la demande d’entrevue. Dans une déclaration écrite, il affirme que les banques donnent au public de nombreuses informations pour que les consommateurs optent pour des mots de passe et des questions de sécurités uniques, dont les réponses sont difficiles à deviner.

Manitoba

Fraude