•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faillite du voyagiste Thomas Cook : opération rapatriement des touristes

Le reportage de Catherine Gauthier

Photo : Reuters / Stefanos Rapanis

Radio-Canada

Quelque 600 000 touristes, en vacances notamment en Grèce, en Allemagne et en Tunisie, devront être rapatriés à la suite de la faillite de l’agence de voyages britannique Thomas Cook.

Une bonne partie d’entre eux sont originaires de la Grande-Bretagne. Les autorités britanniques ont d’ailleurs déclenché lundi un plan de rapatriement d'urgence de 150 000 de leurs ressortissants, le plus gros jamais mis en place en temps de paix, depuis la Seconde Guerre mondiale.

Quarante avions ont été affrétés et 1000 vols sont prévus par l'Autorité britannique de l'aviation civile.

La Grèce et la Tunisie s’organisent

En Grèce, le gouvernement a mis en place un centre opérationnel afin de gérer le rapatriement des quelque 50 000 touristes, piégés au pays en raison de la faillite de l’agence Thomas Cook.

Selon Athènes, 22 000 personnes pourront retourner chez elles au cours des trois prochains jours. Il s’agit notamment de touristes britanniques, français et allemands.

Quinze premiers avions sont d’ailleurs arrivés sur les îles de Zante, Corfou et Kos, a précisé le ministre grec du Tourisme, Haris Theocharis, dans un communiqué.

À l’instar d’Athènes, Tunis a créé une cellule de crise afin de répondre aux inquiétudes des voyageurs et des hôteliers.

Environ 4500 touristes britanniques sont coincés en Tunisie, selon le ministère tunisien du Tourisme.

Des touristes se sont déjà vu réclamer le paiement de factures non acquittées par le voyagiste Thomas Cook en fin de semaine, ce qui a entraîné des tensions, notamment dans un hôtel de Hammamet, au sud de Tunis.

Pour les vacances, j'ai déjà payé 2210 livres (environ 3650 dollars canadiens)! Mais ils veulent plus que ce que j'ai déjà payé. Moi, j'ai dit que je n'étais pas responsable.

Patricia, touriste britannique

Le voyagiste anglais devait payer début octobre ses factures aux hôteliers tunisiens pour la saison estivale, conformément aux contrats.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Voyage

International