•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident de travail mortel à la mine du mont Wright, à Fermont

On la voit de côté.

Une voiture de la Sûreté du Québec

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Radio-Canada

Un travailleur d’ArcelorMittal a été retrouvé sans vie sous l'eau à la mine du mont Wright, à Fermont. Un autre a été blessé dans l'accident. Les activités sont complètement arrêtées aux installations du mont Wright et de Fire Lake, sur le chemin de fer ainsi qu'à l’usine de bouletage et au port à Port-Cartier.

L’homme dans la trentaine a été retrouvé par des agents de la Sûreté du Québec, qui ont été appelés sur les lieux vers 21 h 30 dimanche. Son décès a été constaté à l'hôpital de Fermont.

Il s'agit de Vincent Bigonnesse, un trentenaire originaire de la région de Sherbrooke qui résidait à Fermont depuis près d'un an.

Un autre travailleur, dont nous ne connaissons pas l'identité, a été blessé dans l'accident, mais est maintenant hors de danger.

Son employeur, ArcelorMittal, indique qu'il a pu quitter l'hôpital aujourd'hui.

L'accident est survenu dans un des tunnels du département de l'épaississement d'un concentrateur, affirme la communicatrice pour la CNESST, Isabelle Raymond.

Deux travailleurs œuvraient dans un des tunnels. Il y aurait eu un coup d’eau. Les deux travailleurs auraient été happés par une grosse vague. Il en résulte un mort et un travailleur blessé.

Isabelle Raymond, communicatrice pour la CNESST

Des enquêteurs de la Sûreté du Québec et la CNESST tentent maintenant de faire la lumière sur cet accident, dont les circonstances sont toujours inconnues.

Puisque tout indique que c’est un accident de travail, le dossier va être traité majoritairement par la CNESST, affirme la porte-parole de la Sûreté du Québec, Béatrice d'Orsainville.

Les enquêteurs seront assistés d’un membre du Service d’identité judiciaire pour tenter de reconstruire la scène.

Retour au travail

ArcelorMittal ignore à quel moment les employés de Fermont et de Port-Cartier retourneront au travail. L'entreprise minière veut d'abord comprendre les circonstances de l'accident, identifier les risques et s'assurer que les installations sont sécuritaires pour les travailleurs, affirme le directeur général des affaires publiques et gouvernementales pour ArcelorMittal, Nicolas Dalmau.

On ne reprendra pas les opérations avant d’être absolument certains de bien comprendre ce qui s’est passé, dit-il. Ça pourrait prendre plusieurs heures, voire quelques jours.

Côte-Nord

Accident de travail