•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Britanno-Colombiens veulent rebâtir un salon de thé de la Seconde Guerre mondiale

Photo colorée à la main de trois personne semblant marcher sur le chemin peint menant au salon de thé.

Des milliers de personnes ont visité le premier jardin et salon de thé japonais du Canada, dans la région d'Esquimalt, sur l'île de Vancouver.

Photo : Bibliothèque et Archives Canada

Radio-Canada

Les descendants du propriétaire du premier jardin et salon de thé japonais du Canada, sur l’île de Vancouver, espèrent rendre hommage aux Japonais emprisonnés au Canada pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’établissement a été ouvert par l’arrière-grand-père et le grand-oncle de Dillon Takata dans le parc de la Gorge, à Esquimalt, avant d’être détruit en 1942, lors de l’emprisonnement des Canadiens d’origine japonaise.

Le projet de Dillon Takata est donc de construire un bâtiment d’inspiration japonaise afin de reconnaître le caractère historique du lieu et d’en expliquer l’histoire.

« L’un des traits de la culture japonaise est d’accepter simplement que des malheurs peuvent arriver et qu’il ne faut pas s’en plaindre, mais simplement ravaler et avancer », explique-t-il.

Un lieu historique

Au sommet de leur popularité, le salon de thé et le jardin d’Esquimalt étaient un haut lieu de la vie sociale de la municipalité, note Jordan Stanger Ross, un professeur d’histoire à l’Université de Victoria et directeur du projet Landscapes of Injustice (Paysages de l’injustice).

Selon lui, le jardin et le parc actuels ne sont qu’un pâle reflet de ce qu’était le jardin à l’époque. Il précise que tant le jardin que le salon de thé ont été vandalisés à la suite de la rafle contre la population nippone.

« Ce n’est pas le gouvernement, mais des habitants des environs d’Esquimalt qui sont venus détruire le jardin et le salon de thé. »

Reconstruction à venir

Le canton d’Esquimalt travaille avec le professeur Ross et la Société culturelle Victoria Nikkei afin de construire le nouveau bâtiment.

Un sondage a d’ailleurs été mis en ligne par la société culturelle pour savoir de quoi devrait avoir l’air le nouveau bâtiment multifonctionnel du parc de la Gorge visant à souligner l’héritage nippon du lieu.

Aux yeux de Dillon Takata, la construction d’un lieu rappelant la culture japonaise là où sa famille tenait boutique est « extrêmement significative ».

« J’espère que ça permettra aux Canadiens d’origine japonaise de transmettre leur culture aux prochaines générations », conclut-il.

Colombie-Britannique et Yukon

Histoire