•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des candidats dans Hull—Aylmer en faveur de centres d'injection supervisée

Un homme montre une trousse d'injection. Elle comprend une seringue, un ruban élastique et des compresses d'alcool.

Les centres d'injection supervisée fournissent le matériel nécessaire à une consommation sécuritaire de drogue. (archives)

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada

Cinq candidats aux élections fédérales dans Hull—Aylmer se sont prononcés en faveur d'un centre d'injection supervisée dans leur circonscription à la suite d'une mise en garde contre le fentanyl publiée par le Bureau régional d'action sida (BRAS) Outaouais.

Le BRAS Outaouais a publié, vendredi, une mise en garde sur sa page Facebook. L’organisme soulignait dans sa publication que le puissant opiacé a été détecté dans du crystal meth, tant dans le secteur de Hull, que de Gatineau.

Les organismes communautaires dont le BRAS ont donc profité de cette récente découverte pour demander aux partis politiques de s'engager à créer un centre d'injection supervisé à Gatineau.

Greg Fergus en répond aux questions des journalistes près de la rivière des Outaouais.

Le député libéral fédéral sortant de Hull—Aylmer, Greg Fergus. (archives)

Photo : CBC/Giacomo Panico

De tels centres existent déjà à Ottawa, a expliqué le député libéral Greg Fergus. Ce dernier ne voit aucun problème avec l'idée que cela existe en Outaouais.

Il faut qu’on regarde ça avec l’œil que c’est un problème médical.

Greg Fergus, député libéral de Hull—Aylmer

La candidate du Parti vert du Canada, Josée Poirier-Defoy, a mentionné que la situation était très préoccupante et est favorable à la création d'un centre.

Une femme au veston fleuri porte des lunettes soleil.

Mme Poirier-Defoy croit qu'il faut cesser de traiter la toxicomanie comme un crime.

Photo : Radio-Canada

Selon des données colligées par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, il y a eu en moyenne 20 décès par année liés à une intoxication non intentionnelle aux drogues dans la région de 2013 à 2016. La moitié de ces décès seraient dus à la crise des opioïdes.

La chef du parti, Elizabeth May, promettait samedi la décriminalisation de toutes les drogues. Mme Poirier-Defoy a renchéri qu'une telle mesure permettrait aux personnes dépendantes de bénéficier de meilleurs soins.

C’est très important qu’on mette un système, des endroits spécialisés pour que ces gens-là puissent avoir le réconfort puis l’aide dont ils ont besoin.

Josée Poirier-Defoy, candidate du Parti vert du Canada

Dans cette même lignée, le candidat du Nouveau parti démocratique (NPD), Nicolas Thibodeau cite le Portugal en exemple. Ce dernier voudrait également que l'on décriminalise les drogues pour en faire une question de santé publique avant tout.

Une homme porte une chemise blanche sur laquelle il arbore un macaron représentant les couleurs de son parti politique.

M. Thibodeau explique que 93 % des gens sur le terrain sont favorables au centre d'injection, selon les données de ses partenaires communautaires.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

M. Thibodeau a fait valoir que le centre d'injection supervisé était complémentaire à la décriminalisation et que les chiffres du CISSS de l'Outaouais démontraient bien qu'il y a un besoin dans la région. On fait face à une crise nationale, c’est une urgence, a-t-il résumé.

Une femme aux longs cheveux foncés posent devant des arbres.

Le Bloc québécois est d’avis que les centres d’injections supervisées devraient être une partie de la solution au problème de toxicomanie.

Photo : Radio-Canada

Au Bloc Québécois, c'est la relation d'aide qui passe avant tout, a assuré la candidate dans Hull—Aylmer, Joanie Riopel. Elle croit que les centres sont des bons endroits pour faire de la prévention et de l'éducation auprès des toxicomanes.

Mike Duggan en entrevue à une intersection.

Mike Duggan est le candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Hull-Aylmer. (archives)

Photo : Radio-Canada

Le candidat du Parti conservateur du Canada, Mike Duggan, croit que le gouvernement fédéral devrait consulter la Ville et le gouvernement provincial avant de se prononcer.

De gérer les addictions, c'est un travail d'équipe, a-t-il écrit dans un message adressé à Radio-Canada.

Le candidat du Parti populaire du Canada dans la circonscription de Hull-Aylmer participe à un débat sur les ondes Radio-Canada.

Le candidat du Parti populaire du Canada dans la circonscription de Hull-Aylmer, Rowen Tanguay.

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

Le candidat du Parti populaire du Canada, de son côté, juge que les centres d'injection supervisée sont une solution temporaire, « mieux que de ne rien faire ». Selon Rowen Tanguay, c'est la décriminalisation de leur usage, et non de leur fabrication ou de leur trafic, qui serait le plus bénéfique pour les toxicomanes.

La décriminalisation ferait en sorte que ces sites ne seraient plus nécessaires et que les toxicomanes recevraient l’aide dont ils ont besoin. [...] Ceci est une position personnelle et non la position officielle du PPC, a-t-il précisé.

Au moment de publier cet article, le candidat du Parti populaire du Canada n'avait pas encore répondu à notre demande d'entrevue. Comme il nous a communiqué par la suite sa position, nous l'avons ajouté au texte.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale