•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Scheer sera absent de la grande marche pour le climat à Montréal

Andrew Scheer fait une annonce tandis que des vétérans canadiens sont assis loin derrière lui.

Andrew Scheer affirme qu'il sera dans une autre région au moment de la marche pour le climat de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Louis Blouin

Andrew Scheer ne sera pas au grand rassemblement organisé à Montréal pour souligner la journée mondiale pour le climat, le 27 septembre. Le chef du Parti conservateur du Canada (PCC) affirme qu’il sera à ce moment « dans une autre région ».

La marche pour le climat à Montréal, qui devrait accueillir des dizaines de milliers de personnes, sera l’un des points d’orgue de la mobilisation des militants pour le climat au pays. La jeune Greta Thunberg, maintenant connue un peu partout dans le monde, y participera.

Sept syndicats et plus de 400 groupes communautaires s’y sont donné rendez-vous. Une vingtaine d'administrations de cégeps ont annoncé que ceux-ci fermeraient leurs portes en guise de soutien.

Même s’il sera au Québec la veille de l’événement, le chef conservateur prévient qu'il sera occupé ailleurs.

Personnellement, non : je suis dans une autre région, mais je sais que quelques-uns de nos candidats et un de nos députés vont être là.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Le député Joël Godin sera présent, ainsi qu'une douzaine de candidats. Plusieurs participeront aussi aux différents événements organisés dans la province, dont Alain Rayes à Victoriaville, a tenu à préciser une porte-parole du Parti conservateur.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déjà confirmé sa présence, tout comme la chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, et le chef adjoint du Nouveau Parti démocratique, Alexandre Boulerice.

Les libéraux ne veulent pas confirmer pour l’instant si Justin Trudeau y participera. Je vais participer aux actions sur le climat cette semaine, a indiqué le chef libéral en point de presse, dimanche après-midi, tout en promettant « de grandes annonces sur l’environnement cette semaine ».

Andrew Scheer se défend de prendre la cause climatique à la légère. J’ai toujours appuyé les personnes et les groupes qui veulent plus d’actions sur l’environnement, assure-t-il.

M. Scheer promet une « une vraie action sur les changements climatiques ». Nous avons reçu beaucoup de soutien pour notre vrai plan pour l’environnement, affirme le chef conservateur.

Notre dossier Élections Canada 2019

Des détails qui se font attendre

C’est en juin dernier que le Parti conservateur du Canada a dévoilé son programme vert. La formation s’engage, comme les libéraux, à atteindre les cibles de l'Accord de Paris, soit de réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre (GES), par rapport à leur niveau de 2005, d'ici 2030.

Le plan conservateur prévoit des mesures incitatives à l’investissement dans les énergies vertes pour les entreprises et des crédits à la rénovation domiciliaire.

Toutefois, le PCC n’a pas chiffré en détail l’incidence de chacune de ses mesures sur les émissions du Canada.

Au-delà de 40 kilotonnes, les grandes entreprises seraient obligées d’investir dans les technologies vertes en fonction de leurs émissions. Cependant, le programme ne précise pas combien elles devraient verser.

Les conservateurs veulent aussi éliminer la tarification du carbone implantée par les libéraux.

La taxe sur le carbone ne fonctionne pas. Ce n’est pas mon opinion, c’est un fait. C’est basé sur les études indépendantes des experts, comme le directeur parlementaire du budget (DPB), a dit le chef conservateur.

Contrairement à ce qu’affirme Andrew Scheer, le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux, expliquait en juin qu’un prix sur le carbone était la mesure la moins coûteuse et la plus efficace pour atteindre les cibles de réduction des GES du Canada.

Il évaluait cependant que la tarification sur le carbone imposée en 2030 devrait être cinq fois plus élevée qu'aujourd’hui si le gouvernement fédéral espère atteindre les cibles de Paris.

Politique fédérale

Politique