•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan positif pour le Festival de cinéma de la ville de Québec

Photo sur le tapis rouge avec les artistes du film « Kuessipan ».

Des membres de la distribution du film « Kuessipan » sur le tapis rouge du FCVQ

Photo : Marion Desjardins

Radio-Canada

Le Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) continue d'attirer de plus en plus de cinéphiles. Avec 12 lieux de diffusion et plusieurs projections particulièrement courues, « l’événement devient un Ciné-Club Med, comme on se plaît à le dire », soutient son directeur général, Ian Gailer.

En 2019, il y a eu 300 projections au total, soit une augmentation d’environ 10 % de plus que l’an dernier, souligne celui qui est à la tête du festival.

Sans dévoiler de chiffres, ce dernier estime que le niveau de fréquentation va aussi en augmentant.

« Kuessipan » séduit le public

Des soirées galas très attendues, dont celle du film Kuessipan, qui a attiré de nombreux membres des communautés innues de Uashat et Maliotenam, une première projection de film au Diamant pour le long métrage Vivre à 100 à l’heure, de Louis Bélanger : le FCVQ a multiplié les bons coups.

La présentation du film Bob Bissonnette : Rockstar. Pis pas à peu près a été moment fort. Près de 8000 personnes ont pu voir le film, qui était présenté au stade Canac et simultanément sur l’écran géant de la place d’Youville.

Projection du film « Bob Bissonnette : Rockstar. Pis pas à peu près » au stade Canac.

Projection du film « Bob Bissonnette : Rockstar. Pis pas à peu près » au stade Canac

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Pour du documentaire, ce que la gang de Bob Bissonnette a fait, c’est extraordinaire! se réjouit Ian Gailer.

Le Festival proposait notamment des projections à la Maison de la littérature, au Musée national des beaux-arts du Québec, au Palais Montcalm et à la cathédrale Holy Trinity.

Les gens ont répondu présents. Alors on s’excuse pour ceux qui voulaient avoir des billets, souvent c’était à guichet fermé, mais les gens ont compris, ils attendent à l’entrée, ils se faufilent, ç'a créé une belle frénésie et c’est ça un festival de cinéma, conclut fièrement Ian Gailer.

Québec

Cinéma