•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les membres de la Première Nation de Neskantaga de retour chez eux dès lundi

Une affiche montrant un robinet barré

Les résidents du village de la Première Nation de Neskantaga doivent faire bouillir l'eau depuis 25 ans.

Photo : CBC/Christina Jung

Radio-Canada

Les membres de la Première Nation de Neskantaga qui avaient été évacués à Thunder Bay à la suite d’un bris du système de pompage d’eau pourront retourner chez eux dès lundi matin. L’avis défendant la consommation de l’eau provenant du réseau d’approvisionnement a été levé.

Par communiqué, le chef de la Première Nation, Christopher Moonias, explique que des tests effectués sur des échantillons d’eau recueillis les 18 et 19 septembre indiquent que l’eau provenant du système d’approvisionnement est d’une qualité acceptable du point de vue microbiologique

Les échantillons d’eau présentent des résidus de chlore en quantité conforme à ce qui est prescrit par la loi.

Christopher Moonias, chef de la Première Nation de Neskantaga

Le premier vol de retour devrait quitter Thunder Bay vers 11 h.

Une carte situe Naskantaga.

Le village de la Première Nation de Neskantaga, situé à plus de 400 km au nord-est de Thunder Bay, n'est accessible que par avion.

Photo : Radio-Canada / Cam Gauthier

Selon le chef Moonias, le bris du système de pompage a totalement privé d’eau plusieurs membres de la communauté, alors que d’autres recevaient de l’eau non filtrée et possiblement contaminée. 

Une nouvelle pompe à eau a été installée le 17 septembre. 

Jugeant la situation très risquée pour les membres vulnérables, les leaders de la Première Nation ont dû s’occuper eux-mêmes de l’évacuation de plus de 200 résidents vers Thunder Bay, après que Services aux Autochtones Canada (SAC) eut refusé de s’en charger.  

Toutefois, le ministère a par la suite indiqué qu’il évaluerait les coûts de l’évacuation après qu’ils lui auront été soumis par les dirigeants de la Première Nation. 

Nous espérons que le gouvernement canadien [...] aidera notre communauté à surmonter cette période difficile ainsi que les problèmes perpétuels auxquels nous faisons face en raison de l’avis de faire bouillir l’eau en place depuis 25 ans, écrit le chef Moonias. 

L’avis de faire bouillir l’eau dont fait l’objet la Première Nation de Neskantaga demeure en place.

Nord de l'Ontario

Autochtones