•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Scheer propose un pacte pour venir en aide aux vétérans du Canada

Andrew Scheer serre les mains de vétérans.

Andrew Scheer veut revoir le régime de pensions des vétérans afin de le rendre équitable pour tous.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Valérie Boisclair

Abandonnés à leur sort par le gouvernement Trudeau, les vétérans du Canada « ont été trahis et méritent mieux », estime le chef conservateur Andrew Scheer, qui a dévoilé dimanche son « Pacte militaire », un plan qui vise notamment à revoir le régime de pensions des anciens combattants.

Ce pacte serait enchâssé dans la loi et garantirait aux vétérans qu’ils seront « traités avec respect et qu’ils reçoivent les services en temps opportun », selon le Parti conservateur du Canada (PCC). « C’est un changement de culture au sein du gouvernement », et c'est ce que demandent les anciens combattants, a assuré Andrew Scheer, qui a détaillé ces mesures depuis Canoe Cove, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les conservateurs entendent ainsi hausser les paiements versés aux vétérans dans le cadre du programme « Pension à vie » des libéraux afin d’égaler l’indemnisation auparavant fournie sous la Loi sur le bien-être des vétérans, en vigueur de 2006 à 2019. Or, dans un rapport publié en février, le directeur parlementaire du budget (DPB) avait évalué que le régime libéral permettait à la plupart des vétérans de mieux s'en tirer financièrement que sous l'ancien régime.

Si le PCC rappelle que le plan de pension du gouvernement Trudeau ferait perdre en moyenne 300 000 $ aux vétérans les plus gravement handicapés au cours de leur vie, le DPB précise dans son rapport que ces derniers représenteraient en réalité 3 % des nouveaux bénéficiaires.

Selon le directeur parlementaire du budget, la réforme du régime de pensions des conservateurs coûterait 254 millions de dollars au terme d'un éventuel mandat.

Un arriéré « inacceptable », dit Scheer

En vertu de leur Pacte militaire, les conservateurs mettraient aussi un terme à l’arriéré « inacceptable » des demandes de prestations des vétérans d'ici 24 mois. « Pas d’excuses, pas d’exceptions », a indiqué le chef conservateur. Cette promesse des conservateurs a quant à elle été chiffrée à 51 millions, toujours selon le DPB.

Le ministère des Anciens Combattants le reconnaît lui-même : le temps d'attente pour des milliers de vétérans continue de poser problème.

Pour remédier à la situation, Justin Trudeau avait annoncé une augmentation des effectifs pour traiter ces demandes et mettre fin à l’arriéré, au coût de 42 millions de dollars sur deux ans. En date de mars dernier, 40 305 demandes étaient toujours en attente d’une décision, ce qui représente 29 964 vétérans, selon le ministère.

Outre l’attente, le système calculant l’indemnité d’invalidité a aussi connu des ratés. Quelque 272 000 anciens combattants, dont un nombre important de vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée, ont été victimes d’une erreur comptable.

Une dizaine de vétérans sont assis sur un banc.

Des vétérans canadiens ont assisté à l'annonce du chef conservateur Andrew Scheer, à Canoe Cove, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Le Parti conservateur s’engage aussi à fournir plus de chiens d’assistance aux vétérans – une promesse évaluée à 4,5 millions d'ici trois ans par le DPB – et à ouvrir une enquête indépendante sur la méfloquine, un médicament anti-malaria qui aurait provoqué des effets secondaires auprès de membres des Forces armées canadiennes, tels que l’anxiété, des changements d’humeur et des pensées suicidaires. Mener cette enquête en coûterait 20 millions au Trésor public.

Promesses rompues

Andrew Scheer a tenu à faire écho aux doléances déjà exprimées par d'anciens combattants : nombre d'eux eux sentent que le gouvernement Trudeau les a laissés tomber, voire qu’il les a trahis.

En 2015, les libéraux promettaient aux vétérans canadiens plus de soutien financier et une réforme du système d'indemnisations. Ils s’étaient engagés pendant la campagne électorale à réinstaurer la pension d’invalidité à vie, abandonnée par les conservateurs de Stephen Harper au profit d’un système de versement forfaitaire unique.

Malgré les 10 milliards de dollars accordés aux vétérans par le gouvernement Trudeau au cours de son mandat, le régime de prestations proposé lors du dernier budget en a laissé plus d’un amer. Le programme libéral a été critiqué pour son manque d’équité intergénérationnelle; la « Pension à vie » des libéraux s’est avérée moins généreuse envers les plus jeunes vétérans.

Le système mis en place sous Justin Trudeau est en outre moins complet et avantageux pour tous les vétérans que la Loi sur les pensions qui existait avant 2006, avait conclu le directeur parlementaire du budget dans son rapport.

À cette promesse rompue s’ajoute le jeu de chaises au ministère des Anciens Combattants, qui s’est soldé par l'arrivée de Lawrence A. MacAulay après la démission de Jody Wilson-Raybould, en janvier, dans la foulée de l’affaire SNC-Lavalin. Si certains craignaient que son départ nuise aux efforts de réconciliation avec les Autochtones – Mme Wilson-Raybould est membre de la Nation We Wai Kai –, peu se sont formalisés des conséquences qu'il aurait sur les vétérans, jugent ces derniers.

C’est comme si les anciens combattants étaient au bas de la liste des priorités, avait déploré un vétéran de la guerre en Afghanistan.

Nous savons qu’il reste encore beaucoup à faire et nous poursuivrons notre travail pour offrir aux vétérans et à leurs familles l’aide dont ils ont besoin, a commenté dimanche le Parti libéral dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Notre dossier Élections Canada 2019

Le chef conservateur a poursuivi dimanche après-midi sa tournée en Atlantique. Il s’est rendu à Terre-Neuve-et-Labrador pour encourager son candidat dans St. John's-Est, Joedy Wall.

Andrew Scheer en a profité pour dénoncer le fait que Justin Trudeau ait nommé Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique – qui représente la circonscription ontarienne de Mississauga-Malton aux Communes – à la tête de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique.

En tant que premier ministre, je nommerai un ministre qui vient réellement du Canada atlantique, a-t-il promis à la centaine de personnes réunies à Saint-Jean pour l'occasion.

Politique fédérale

Politique