•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Impôts fonciers : une réforme de nouveau réclamée au Nouveau-Brunswick

Adam Lordon, président de l’Association des cités du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick est la seule province au Canada où le gouvernement provincial retient une partie des impôts fonciers des municipalités, une situation qui fait des mécontents.

Huit villes du Nouveau-Brunswick sont réunies ce week-end pour dénoncer la situation.

L'Association des cités du Nouveau-Brunswick dénonce cette retenue d’une partie de l’impôt foncier, que les municipalités perçoivent de leurs citoyens pour redistribuer les fonds dans les services de travaux publics.

Pour que les villes conservent l’argent qu’elles prélèvent à leurs citoyens, une réforme s’impose, affirme le maire de Dieppe, Yvon Lapierre.

Le maire de Dieppe en entrevue.

Yvon Lapierre, le maire de Dieppe.

Photo : Radio-Canada

On demande à ce que ce soit retourné aux municipalités, parce que les municipalités sont rendues à un point où nos payeurs de taxes sont saturés quand on se compare aux autres communautés et autres provinces du Canada, dit M. Lapierre. On cherche à avoir un meilleur équilibre du taux de taxation, de façon à ce que nous puissions geler ou réduire le niveau de taxation municipale.

Un autre enjeu, qui est débattu depuis des décennies au Nouveau-Brunswick et qui est revenu sur la table ce week-end, est l’iniquité entre les impôts fonciers perçus.

L’Association des cités du Nouveau-Brunswick dit que c’est plus de la moitié de la population de la province qui réside dans les huit centres urbains qu’elle représente.

Elle fait valoir que l'impôt foncier moyen se situe à 1,51 $ dans l’ensemble du Nouveau-Brunswick, mais seulement 0,63 $ dans les districts de services locaux (DSL).

Cette situation, selon l’association, incite des gens à construire leur maison en région rurale pour épargner de l’impôt, alors qu’ils bénéficient quand même des avantages des villes situées à proximité.

Ça, c'est maintenant un problème, insiste Adam Lordon, le président de l’Association des cités du Nouveau-Brunswick. C'est une chose que le gouvernement provincial doit réévaluer. Il doit faire une évaluation de toutes les règles de taxes dans la province, et faire des changements pour les rééquilibrer les taxes, pour être le plus équitable pour tous les gens dans toutes les régions.

M. Lordon indique avoir rencontré le premier ministre Blaine Higgs vendredi et affirme qu'il semblait ouvert à l’idée de discuter d’une réforme des taxes municipales dans la province.

D’après le reportage de Francis Pilon

Nouveau-Brunswick

Affaires municipales