•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore trop d’obstacles à l’achat d’une voiture électrique en Atlantique

Une voiture électrique.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Radio-Canada

Des consommateurs déplorent qu’il existe encore des obstacles à l'achat d'une voiture électrique en Atlantique, où aucun gouvernement provincial n’a mis en place de programme de rabais à l'achat comme il en existe à certains endroits au pays.

Pour les gens qui cherchent une voiture électrique plus abordable, la réponse, c'est de trouver une voiture électrique usagée, affirme Jérémie Bernardin, cofondateur de l’Association des véhicules électriques de l’Atlantique et gestionnaire des transports à la fondation Clean, un organisme à but non lucratif en Nouvelle-Écosse.

On voit quelques concessionnaires qui importent des voitures électriques du Québec et qui les vendent ici en Nouvelle-Écosse, relate-t-il. On peut trouver une voiture très bien équipée, une 2015, dans les alentours de 15 000 $.

C’est ce qu’a fait Martin Tremblay, un résident de la Nouvelle-Écosse, qui a acheté une automobile électrique d'occasion au Québec.

Avec la Colombie-Britannique, le Québec est l’une des deux provinces à offrir un rabais à l’achat d’un véhicule électrique. L’Ontario a aboli son programme de remboursement en 2018.

À cela s’ajoute l’incitatif fédéral pour l’achat de véhicule zéro émission (Nouvelle fenêtre), qui permet depuis mai dernier d’épargner de 2500 $ à 5000 $, selon le modèle.

La tendance d’importer du Québec des automobiles électriques se voit ailleurs en Atlantique. À l’Île-du-Prince-Édouard, Mike Kenny, un concessionnaire de Charlottetown, s’est spécialisé en revente de voitures électriques et en bornes de recharge usagées, toutes importées du Québec.

L'Association des véhicules électriques de l'Atlantique fait pression sur les gouvernements provinciaux pour qu'ils offrent des rabais à l'achat.

La Nouvelle-Écosse n'a pas encore agi en ce sens, ce que déplore Martin Tremblay.

Présentement, c'est non, ils ne prévoient pas d'incitatifs. Mais on se croise les doigts et on espère qu’un jour, ça va arriver, dit-il.

La Nouvelle-Écosse a toutefois investi dans l’installation de bornes électriques à charge rapide. Il y en a désormais tous les 100 km sur les autoroutes provinciales. 

D’après le reportage de Stéphanie Blanchet

Nouvelle-Écosse

Industrie automobile