•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À bord d'un avion de Pêches et Océans Canada, destiné à la surveillance maritime

Ces appareils permettent aussi de surveiller la population de baleines noires ou de mener à bien des opérations de recherche.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En plus de décider des diverses règles qui s'appliquent aux pêcheurs commerciaux, Pêches et Océans Canada doit aussi s'assurer de les faire respecter. Pour ce faire, le ministère utilise des avions de surveillance maritime munis d'équipement spécialisé. Une équipe de Radio-Canada est montée à bord de l’un de ces appareils.

Ces avions permettent aussi de surveiller la population de baleines noires ou de mener à bien des opérations de recherche.

Les caméras à bord de l’avion sont très performantes, on peut filmer environ à 12 km, on peut voir avec les systèmes de radar à 300 km autour de l’avion, fait qu’on est capable de voir très facilement les baleines autour, explique Daniel Dickner, chef du secteur Côte-Nord, Nord québécois et Ouest du Québec pour Pêches et Océans Canada.

Si l’avion est basé à Halifax, les patrouilles s’amorcent à partir de Sept-Îles, avec un équipage de quatre personnes, incluant le capitaine.

Un avion au sol.

Pêches et Océans Canada possède trois de ces avions.

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

L’équipage à bord a notamment pour mission d’identifier les navires et de détecter en temps réel s’ils se trouvent dans les zones permises, s’ils pêchent les espèces permises et s’ils respectent les quotas.

On est capable clairement de voir le pont des bateaux entre autres, on peut très facilement voir l’engin de pêche aussi qui est utilisé, si c’est un filet, si c’est un chalut, si c’est une canne à main, etc. Ça sert aussi pour le braconnage, il y a un système de vision nocturne aussi, un détecteur de chaleur, indique M. Dickner.

Pêches et Océans Canada possède trois de ces avions de surveillance.

Les appareils peuvent fonctionner 400 à 500 heures annuellement pour assurer une surveillance maritime au-dessus de la Côte-Nord et du golfe du Saint-Laurent, notamment.

D’après le reportage de Djavan Habel-Thurton et de Mathieu Boudreault

Côte-Nord

Industrie des pêches