•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté malienne du Manitoba célèbre son indépendance avec l’artiste Djely Tapa

La chanteuse et ses musiciens offrent une prestation au CCFM.

Il y a quelques mois, Djely Tapa a reçu le prix Révélation Radio-Canada en musique du monde pour la saison 2019-2020.

Photo : Radio-Canada

Laïssa Pamou

À l’occasion de la 59e fête de l’indépendance du Mali, la communauté malienne du Manitoba a tenu à partager samedi son art musical ancestral avec un concert de la cantatrice et griotte Djely Tapa au Centre culturel franco-manitobain.

Originaire du Mali, l'auteure-compositrice-interprète Djely Tapa, de son vrai nom Sountougoumba Diarra, a grandi dans une famille de musiciens, de danseurs et de conteurs. L’artiste puise son style musical dans la culture ancestrale malienne. Elle raconte avoir commencé la musique en écoutant ses proches chanter.

« Ma grand-mère, Djely Tapa dont je porte le nom aujourd’hui, était une griotte, raconte-t-elle. Ma mère est aussi une chanteuse. »

En l’invitant à cette célébration d’indépendance, les Maliens du Manitoba espèrent susciter un sentiment d’appartenance et de fierté chez les jeunes.

Selon la présidente de l’Association malienne du Manitoba, Houssinatou Sacko, la communauté est composée en majorité de jeunes . « Il est important de leur montrer que nous n’avons pas oublié nos sources » dit-elle.

Elle explique que les griots ou djéli en langue locale sont des acteurs centraux de la vie quotidienne au Mali. Ils officient comme communicateur traditionnel.

« Je veux partager aux jeunes du Manitoba cet amour de la culture africaine que je porte en moi, dit Djely Tapa. Les jeunes issus de l'immigration ont besoin d’entendre des discours forts qui leur montrent qu’il est possible de réussir et être fiers de ses origines. »

Djely Tapa a à cœur sa mission sociale de griot, qui est de maintenir les valeurs et la culture ancestrales, de transmettre l’histoire du peuple à travers le chant.

Les chansons de l'artiste rendent hommage à la force des femmes africaines et de la jeunesse; elles interpellent le monde sur la protection des ressources en eau.

« Je suis une griotte, alors j’ai ce devoir de messager, explique-t-elle. Mes textes me viennent du cœur. Je chante les causes qui me sont chères et auxquelles la société doit porter une attention particulière. »

L’artiste a également la particularité d’offrir des sons plus contemporains avec des sonorités purement traditionnelles. Selon elle, tout en respectant sa mission sociale, le griot ou la griotte doit évoluer avec son temps.

Elle reconnaît que les problématiques et les enjeux changent d’une génération à l’autre.

Elle propose le pur rythme traditionnel que nous voulons, dit Houssinatou Sacko, mais aussi des rythmes plus dans le style afrobeat.

La célébration de l'indépendance malienne sera aussi un moment de communions avec les Manitobains de tous les âges et des horizons divers.Nous avons lancé l’invitation à tout le monde, dit la présidente. Les enfants les parents, les autres communautés africaines, les Manitobains d’ici, tout le monde peut venir passer un bon moment.

Pour agrémenter la soirée, deux autres artistes, Hakim Moussaoui et Bader Che, sont au programme.

Un jeune garçon vêtu en orange et noir accroupi sur lui-même

L’artiste Bader Che propose dans son répertoire des chansons en bambara, en français et en anglais.

Photo : Gracieuseté de Bader Che

Bader Che qui participe pour la troisième année consécutive à la fête est un étudiant d’origine malienne est arrivé au Manitoba en 2017. Selon lui, cette fête est l’occasion de renouer avec les siens dans une ambiance conviviale.

L’artiste propose dans son répertoire des chansons en bambara, en français et en anglais.

Lorsque je suis arrivé, j’ai été très content de rencontrer cette communauté qui est venue vers moi, dit-il. C'est toujours une fierté d’être avec les miens.

Sans être un griot, Bader Che se donne également la mission de porter et de vulgariser la culture et la langue malienne.Chaque fois que je fais un spectacle hors de la communauté, je suis honoré de recevoir des commentaires des personnes qui aiment ma langue sans même la comprendredit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Société