•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Biden qualifie d'« abus de pouvoir » l’appel téléphonique de Trump en Ukraine

Joe Biden lors d'un discours en Iowa.

Joe Biden a déclaré que Donald Trump utilise «chaque élément de sa présidence pour [le] salir» lors d'un rassemblement en Iowa.

Photo : Reuters / Kathryn Gamble

Radio-Canada

L’ancien vice-président américain et candidat à l’élection présidentielle de 2020 Joe Biden ne décolère pas : selon lui, Donald Trump utilise « chaque élément de sa présidence pour [le] salir ».

Au cœur de cette histoire, un appel téléphonique du président américain à son homologue ukrainien le 25 juillet dernier, où il l’aurait pressé d’enquêter sur son rival politique, ainsi que sur le fils de celui-ci, Hunter Biden.

C’est un lanceur d’alerte qui travaille pour les services de renseignement américains qui a révélé cette affaire. Joe Biden avait alors exigé que Trump rende publique la retranscription de cet appel téléphonique.

Hunter Biden, le fils de l’ancien vice-président, a travaillé à partir de 2014 pour un groupe gazier ukrainien et se retrouve au milieu du conflit entre les deux aspirants à la Maison-Blanche.

Joe Biden a d’ailleurs appelé samedi le Congrès américain à ouvrir une enquête « sur les contacts de Trump avec le dirigeant [ukrainien] », rapporte CNN.

« Vous devriez enquêter sur Trump. Ceux qui examinent cette situation disent qu’il n’y a rien. Posez-vous la bonne question : pourquoi [Trump] était-il au téléphone avec un dirigeant étranger? » a déclaré Joe Biden à des journalistes lors d'un rassemblement partisan à Des Moins en Iowa.

Accusations croisées

Le Wall Street Journal rapportait vendredi que Donald Trump accuse l’ancien vice-président d’avoir menacé de retenir une aide financière américaine à l’Ukraine, à moins qu’un procureur qui enquêtait sur le fils de Joe Biden ne soit congédié.

Joe Biden a admis les faits samedi, en précisant que la même demande [de congédier le procureur ukrainien] avait aussi été présentée par l’Union européenne parce qu’il avait fait dérailler plusieurs dossiers importants de corruption dans son pays. M. Biden dément avoir même parlé à son fils de ses affaires en Ukraine.

De son côté, Donald Trump nie avoir quoi que ce soit à se reprocher dans cette affaire. Il accuse les « médias propageant des fausses nouvelles » [« fake news media »] et leurs « partenaires démocrates » d’ignorer les allégations d’ingérence contre Joe Biden.

Donald Trump a le combiné du téléphone en main.

Donald Trump parle au téléphone dans le bureau ovale de la Maison-Blanche.

Photo : Reuters / Carlos Barria

Trois comités de la Chambre des représentants mènent une enquête sur l’appel téléphonique entre Donald Trump et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

La transcription du gouvernement ukrainien semblerait démontrer que Donald Trump aurait encouragé Zelensky à poursuivre l’enquête sur Biden.

« Nous avons nos secrets », répond l’Ukraine

Plusieurs voix s’élèvent pour que l’appel téléphonique entre les deux présidents soit rendu public, mais le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Vadym Prystaïko, s’y est opposé samedi.

« Le président Trump, son conseiller [Rudolph] Giuliani, les journaux, les démocrates, les républicains, sont intéressés à savoir s'il y a eu pression sur l'Ukraine. Nous sommes un État indépendant, nous avons nos secrets », a-t-il ajouté.

Volodymyr Zelensky et Donald Trump doivent se rencontrer mercredi à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.

Donald Trump, président des États-Unis
Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International