•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CUSM se dote d’un nouvel appareil de résonance magnétique

Un patient est allongé pour passer un examen au scanner par résonance magnétique.

La fondation du CUSM a financé la totalité du projet de 8 millions de dollars avec les rénovations qu’a demandées l’installation de l’appareil.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a présenté un nouvel appareil de résonance magnétique cardiaque qui effectue des échographies de haut niveau du cœur et du système vasculaire. Il est le premier du genre à entrer en fonction au Canada.

Ce nouvel appareil d’imagerie médicale fabriqué par GE Healthcare va servir à la recherche sur les maladies du cœur.

Il va permettre de produire des images de haute définition, d’éviter la multiplication de plusieurs autres tests et sera moins intrusif pour le patient. Par ailleurs, le temps pour obtenir une image ne sera que de 15 minutes, alors qu’il est de 45 minutes actuellement.

Une grue qui porte un appareil et le fait passer par une fenêtre du CUSM.

Il aura fallu une heure pour installer le nouvel appareil d'imagerie médicale au CUSM.

Photo : Radio-Canada / Diana Gonzalez

Les diagnostics seront donc portés de manière encore plus rapidement. L’appareil facilitera également la découverte de maladies cardiaques plus difficiles à détecter.

Avec cette machine nous avons développé une méthode pour exclure une maladie en 10 minutes, sans utiliser d’agents de contraste ou de substances radioactives. Pour le patient c’est plus confortable. Avec ça, Montréal est sur la carte internationale, assure le docteur Matthias Friedrich, cardiologue et chef en imagerie médicale au CUSM.

Il aura fallu près d’une heure pour que l’appareil, qui pèse trois tonnes, soit installé dans le CUSM grâce à une grue.

La fondation du CUSM a financé la totalité du projet, dont la facture s'élève à 8 millions, avec les rénovations qu’a demandées l’installation de l’appareil.

Les travaux seront terminés d’ici le 15 octobre et 4000 patients pourront participer au premier protocole de recherche.

Avec les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau et Diana Gonzalez

Grand Montréal

Établissement de santé