•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incendie pour entraîner les pompiers

Deux pompiers regardent une petite maison qui brûle.

Le Service de sécurité incendie de la Ville de Bécancour a obtenu l'autorisation de mettre le feu à cette maison et de s'en servir comme exercice de formation pour les pompiers.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une des quatre maisons situées à proximité d’un ancien site d'enfouissement à Bécancour a complètement disparu du paysage samedi. Le Service de sécurité incendie de la Ville a obtenu l'autorisation d'y mettre le feu et de s'en servir comme exercice de formation pour les pompiers.

Selon le directeur du Service de sécurité incendie, Luc Desmarais, c’est une façon de mettre en pratique ce qu’on enseigne dans les livres.

C’est la première fois en 20 ans que les pompiers de la Ville organisent un tel exercice qui nécessite plusieurs semaines de préparation.

En 2018, la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour s’est portée acquéreur des quatre maisons du chemin Louis-Riel situées à proximité de ce site contaminé.

Une seule sera réduite en cendres. Les trois autres seront démolies en 2020, affirme le président-directeur général, Maurice Richard.

Un appel d’offres doit être lancé avant le 1er avril.

M. Richard indique que depuis l’achat de ces résidences, elles ont aussi servi à la Sûreté du Québec pour des exercices de sécurité.

Il explique qu’une fois les quatre maisons démolies, ce site deviendra une « zone de friche » et que des arbres y seront éventuellement plantés. Près de 7000 arbres ont été plantés sur les terrains de la Société depuis sa création, il y a environ 50 ans.

D'après les informations de Marie-Pier Bouchard

Mauricie et Centre du Québec

Société