•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Élie-de-Crampons sur fond de tension

La 3e course de Saint-Élie-de-Crampons avait lieu samedi à Saint-Élie-de-Caxton.

La 3e course de Saint-Élie-de-Crampons avait lieu samedi à Saint-Élie-de-Caxton.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

Radio-Canada

Environ 150 personnes ont pris d'assaut les rues de Saint-Élie-de-Caxton pour la troisième course Saint-Élie-de-Crampons. L'activité vise à amasser des fonds pour financer la deuxième phase du parc à planche à roulettes.

Que ce soit 1, 3, 5 ou 10 km, chacun avait une raison différente de participer à Saint-Élie-de-Crampons. Les profits permettront d'ajouter des modules au parc de planches à roulettes de Saint-Élie-de-Caxton.

C'est à peu près 60 000 dollars en trois phases. [...]  C'est 18 000 pour la deuxième phase, indique l'organisateur de la course depuis maintenant trois ans, Késy Gélinas.

L'adolescent de 16 ans entreprendra bientôt des études en technique policière et est à la recherche de gens pour reprendre les rênes de l'événement, qui est devenu une tradition dans la petite municipalité.

La troisième course de Saint-Élie-de-Crampon s’est tenue samedi à Saint-Élie-de-Caxton.

La troisième course de Saint-Élie-de-Crampon s’est tenue samedi à Saint-Élie-de-Caxton.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

Bouffée d'air frais

Pour les citoyens de Saint-Élie-de-Caxton, la course n'est ni plus ni moins qu'une bouffée d'air frais, alors que l'atmosphère est plutôt tendue au village depuis près d'un an.

Plus tôt ce mois-ci, le conteur Fred Pellerin a annoncé qu’il ne sera plus la voix des tours guidées en carrioles.

Il n'y a personne qui veut de la chicane ici, je pense. Les gens veulent juste bâtir des choses pour la jeunesse qui se développe ici, pour les jeunes qui veulent participer à des sports, souligne Yvon Laprade.

D'autres estiment que le tissu social se porte bien à Saint-Élie-de-Caxton.

La vie continue et le village se tient. La vie communautaire est plus forte que la bisbille à l'hôtel de ville, dit quant à lui François Fauteux.

D'après un reportage de Sébastien St-Onge

Mauricie et Centre du Québec

Sports