•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les partis fédéraux mènent-ils une campagne écoresponsable?

Quatre photos montrent un verre en carton sur lequel on peut lire « éco », une gourde réutilisable du Bloc québécois, des tasses réutilisables du NPD et un panier contenant des fourchettes en plastique.

En pleine campagne électorale, les partis fédéraux joignent-ils le geste à la parole lorsqu'il est question de recyclage et de plastique à usage unique?

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des ustensiles compostables aux gourdes réutilisables, en passant par l'achat de crédits carbone, les principaux partis veulent s'assurer d'être à la hauteur de leurs propres engagements en matière d’environnement. Voici un aperçu des choix verts qu'ont faits les partis pour leurs candidats, leurs employés et les journalistes qui accompagnent les chefs.


Une campagne libérale sans plastique

En juin dernier, Justin Trudeau annonçait que le gouvernement canadien interdirait les plastiques à usage unique dès 2021.

Pour éviter de se faire accuser de ne pas être conséquent, les libéraux ne fournissent « aucun plastique à usage unique aux employés de la campagne électorale ».

Les ustensiles fournis sont compostables, tout comme les gobelets pour le café. Les bacs de compost et de recyclage à l’intérieur de l’autobus officiel finissent leur journée bien remplis.

Dans l’avion, les couverts sont réutilisables.

Un gobelet en carton sur lequel on peut lire « éco ».

Le Parti libéral offre aux journalistes et aux employés de sa campagne des gobelets compostables.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Vincent Foisy

Par contre, certains repas commandés dans des restaurants locaux sont emballés dans du plastique – recyclé ou recyclable –, autant que possible, assure l’équipe libérale.

Des bouteilles réutilisables ont aussi été distribuées aux journalistes – plusieurs avaient cependant apporté les leurs. Lorsqu’on ne peut pas les remplir, des bouteilles d'eau en carton sont proposées par l'équipe libérale.

Une bouteille d'eau en carton.

Le Parti libéral du Canada a misé sur des bouteilles d'eau en carton lors de sa campagne.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Vincent Foisy

Ces bouteilles ne sont pas sans rappeler celles évoquées par Justin Trudeau en juin dernier. Une journaliste lui avait demandé ce que lui et sa famille faisaient pour réduire leur utilisation de plastique au quotidien. Le chef libéral avait bafouillé en expliquant qu’il optait pour ce genre de bouteille en carton lorsqu’il était sur la route, sans donner d’autres exemples.

Les libéraux semblent avoir appris de ce moment et ils ont voulu tout mettre en place pour éviter de faire dérailler la couverture médiatique à cause de la présence de plastique à usage unique.

Des cornichons, des craquelins, des raisins et du fromage dans une boîte en carton.

Les repas offerts aux employés de la campagne libérale viennent dans des emballages recyclables, autant que possible, assure-t-on.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Vincent Foisy

De plus, les libéraux soutiennent qu’ils vont compenser les émissions de gaz à effet de serre (GES) des déplacements en autobus et en avion en achetant des crédits carbone compensatoires, comme lors de la campagne électorale de 2015.

Les néo-démocrates se lancent un défi

La caravane néo-démocrate se dit soucieuse de l’environnement. Au lieu d’assiettes en carton et d’ustensiles en plastique, on utilise de la coutellerie réutilisable. Les fourchettes, couteaux et cuillères sont en métal. Les assiettes sont faites de bambou lavable. Les gobelets de café sont réutilisables. Et pour éviter les bouteilles d’eau, l’autobus est équipé d’une fontaine réfrigérée.

Des restes dans une assiette.

De la véritable vaisselle est à la disposition du personnel de campagne et des journalistes dans la caravane néo-démocrate.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Je me suis lancé un défi, dit le chef Jagmeet Singh, et je dois le respecter tout au long de la campagne : arrêter l’utilisation de tout plastique à usage unique.

Les couverts réutilisables sont nettoyés à la fin de la journée à l’hôtel où le chef et les médias passent la nuit.

Un bac, sur lequel on indique qu'il sert à collecter les déchets alimentaires, dans un autobus.

Un bac destiné au compost, dans l'autobus de campagne du Nouveau Parti démocratique

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Je pense que la lutte contre les changements climatiques doit se faire à tous les niveaux, autant au niveau du gouvernement fédéral que dans un autobus de campagne, ajoute M. Singh.

L’autobus néo-démocrate est également équipé d’un bac de recyclage et d’un bac pour le compost, si jamais les journalistes ne terminent pas leur assiette.

La décision a été facile et toute mon équipe de tournée a automatiquement embarqué dans ce défi, indique le chef.

Des tasses sont posées à côté d'une cafetière. Une affiche de Jagmeet Singh est accrochée au mur derrière.

Dans l'autobus de campagne du NPD, on retrouve des tasses à café réutilisables.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Au terme de la campagne électorale, le NPD prévoit acheter des crédits carbone pour compenser ses émissions de GES.

Changements de dernière minute pour les conservateurs

L’impact environnemental ne figurait apparemment pas en tête des priorités dans la caravane conservatrice en début de campagne. La distribution de bouteilles d’eau à usage unique est le premier détail qui sautait aux yeux.

Des sandwichs enveloppés de pellicule cellophane ont été servis, tout comme des ustensiles et des contenants en plastique à usage unique.

Un contenant de plastique, une bouteille d'eau et des ustensiles de plastique sont posés sur une table d'appoint.

Des contenants et ustensiles de plastique étaient servis à bord de l'autobus de campagne du Parti conservateur.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Un bac contient des ustensiles biodégradables.

Des ustensiles biodégradables sont proposés dans l'autobus de campagne, après que Radio-Canada se fut intéressée au plastique à usage unique utilisé pendant le marathon électoral.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Si certains récipients étaient identifiés comme recyclables, il n’y avait pas de bac de recyclage où les jeter à bord de l’autocar lors des premiers jours. Tout était jeté dans la même poubelle.

Après avoir été interrogé par Radio-Canada à ce sujet, le Parti conservateur du Canada (PCC) s’est dépêché d’apporter certains correctifs, au troisième jour de la campagne. Quelques heures plus tard, des bacs de recyclage et de compost ont été ajoutés à l’arrière de l’autocar et des ustensiles biodégradables ont été achetés.

Mais les bouteilles d’eau à usage unique sont toujours là. Nous nous assurons que le plastique utilisé est recyclé et nous nous assurons également d’utiliser le moins de plastique possible, soutient Virginie Bonneau, porte-parole du Parti conservateur.

Un bac bleu se trouve près d'un comptoir.

Un bac de recyclage a été ajouté dans l'autobus de campagne du Parti conservateur.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Cet oubli a de quoi surprendre : dans son plan environnemental, le PCC affirme que « le Canada doit améliorer sa gestion des déchets ».

La formation s’engage notamment à mettre en place « un régime de réglementation national harmonisé pour le recyclage du plastique » et de « travailler avec les fabricants pour minimiser l’emballage plastique des produits ».

Bien que quelques conservateurs aient fait le choix de mener une campagne carboneutre, le parti n'a pas indiqué s'il compenserait les émissions de GES produites lors des déplacements d'Andrew Scheer et de son équipe par l’achat de crédits carbone.

Un autobus carboneutre pour le Bloc québécois

Sans avion et avec un seul autobus qui ne parcourt que le Québec, le Bloc québécois limite ses émissions de gaz à effet de serre davantage que les autres partis. Mais le chef Yves-François Blanchet assure qu’il était quand même important de compenser les émissions produites.

M. Blanchet consulte son téléphone.

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet devant son autobus de campagne à la suite du dépôt officiel de sa candidature dans la circonscription de Beloeil-Chambly.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Je me suis fait un devoir de faire une tournée du Québec dans ma petite voiture rechargeable. Pour la campagne, le véhicule est plus gros, mais on fait une double compensation de nos émissions de gaz à effet de serre; on est carboneutres, a insisté M. Blanchet, lors du dévoilement de l’autobus du parti.

Le Bloc québécois a effectivement choisi de financer un projet de recherche universitaire et de plantation d’arbres. Pour chaque tranche de 1000 kilomètres parcourue, 94 $ seront versés au projet Carbone boréal. Ce programme, piloté par l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), permet de planter des arbres dans des secteurs où la forêt ne se régénère pas d’elle-même.

Après la première semaine de campagne, l'autobus des bloquistes avait déjà parcouru 2000 km.

Une gourde réutilisable du Bloc québécois.

Le Bloc québécois a distribué à ses candidats des bouteilles d'eau réutilisables.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

En plus d'utiliser des verres, la campagne bloquiste a recours à des assiettes de carton et de la coutellerie réutilisable dans l’autobus. Des gourdes d’eau ont aussi été distribuées aux candidats. Cette année, le parti a fait le choix de garder les équipes dans leurs régions respectives plutôt que de « déplacer tout le monde à Montréal » et de multiplier ainsi les allers et retours sur la route, indique la directrice des communications, France Amyot. On est très décentralisés, explique-t-elle.

Pas d'avion de campagne pour le Parti vert...

La chef du Parti vert, Elizabeth May, mène une campagne plus modeste que la plupart de ses homologues, son équipe n'ayant pas d'avion de campagne. Cette décision n'est pas qu'économique : le Parti vert, par souci de joindre le geste à la parole, entend mener sa campagne en émettant le moins de gaz à effet de serre possible.

Aux dernières nouvelles, les verts tentaient de trouver un autobus zéro émission pour parcourir les routes de Vancouver et des Maritimes – dans les circonscriptions où le parti pense pouvoir faire des gains.

Du reste, Mme May assure acheter des crédits carbone compensatoires lorsqu'elle est contrainte de prendre un vol commercial pour aller à la rencontre des électeurs.

...ni de mesures écoresponsables au Parti populaire

Du côté du Parti populaire du Canada, mener une campagne électorale « verte » ne figurait pas parmi les priorités.

Nous n’avons aucun plan de compensation des émissions de GES ni pour réduire notre empreinte écologique, indique le porte-parole du PPC, Martin Masse.

Son chef, Maxime Bernier, voyage seul par avion en classe économique tout au long de la campagne. Sur le terrain, des bénévoles de son équipe assurent ses déplacements en voiture, précise M. Masse.

Une collaboration de Philippe-Vincent Foisy, Christian Noël, Louis Blouin, et Julie Marceau

Notre dossier Élections Canada 2019

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique