•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rénovations vertes : le Bloc souhaite ressusciter un programme des conservateurs

Un homme rénove le toit d'une maison.

Une subvention allant jusqu’à 5 000 $ serait ainsi accordée aux propriétaires de maisons qui obtiennent le feu vert d’un conseiller en efficacité énergétique accrédité.

Photo : getty images/istockphoto / brizmaker

Valérie Boisclair

Le programme ÉcoÉNERGIE pourrait avoir une deuxième vie. C’est du moins l’intention du Bloc québécois, qui compte demander à Ottawa de rétablir le système de subvention accordée aux propriétaires désirant rendre leur maison plus verte, en ajoutant cette fois-ci les rénovations écologiques des bâtiments commerciaux.

Mis en place en 2007 sous Stephen Harper, le programme fédéral ÉcoÉNERGIE pour la rénovation de maisons permettait aux propriétaires qui souhaitent accroître l’efficacité énergique de leur demeure d’obtenir une subvention maximale de 5 000 $. Les conservateurs y avaient toutefois mis un terme en mars 2012.

En cinq ans, le programme a pourtant été un énorme succès, a assuré le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, lors d'un arrêt de campagne samedi à Repentigny. Les propriétaires qui en ont bénéficié ont pu réaliser des économies moyennes de 20 % sur leur facture en énergie, selon le ministère des Ressources naturelles de l'époque.

Par « rénovation verte », le parti entend le remplacement de portes et fenêtres, l’installation de systèmes de chauffage, de ventilation ou de climatisation, ainsi que les travaux d’isolation et d’étanchéisation. Les équipements d’eau chaude et de conservations de l’eau seraient aussi couverts, indique le parti par communiqué.

Une subvention allant jusqu’à 5 000 $ serait ainsi accordée aux propriétaires de maisons qui obtiennent le feu vert d’un conseiller en efficacité énergétique accrédité. Les projets devraient être évalués avant et après les travaux, « dans les délais fixés par le programme », selon le Bloc.

Pour les immeubles résidentiels à logements multiples, la subvention serait maintenue à 5 000 $ par logement; les propriétaires pourraient recevoir jusqu’à 1 million de dollars pendant la durée du programme.

Notre dossier Élections Canada 2019

Dans sa nouvelle mouture, le programme couvrirait aussi la rénovation de bâtiments commerciaux et industriels. Des incitatifs fiscaux seraient mis en place pour encourager les propriétaires à miser sur un système de chauffage électrique.

Élargir [la portée] du programme au secteur commercial pourrait être un ajout hautement significatif à nos réductions d’émissions de gaz à effet de serre à l’échelle du Québec et du Canada

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Le Bloc québécois propose en outre d’accorder des subventions pouvant atteindre 15 000 $ pour la transition vers l’énergie géothermique dans le secteur agricole.

Cette version améliorée d’ÉcoÉNERGIE coûterait 400 millions de dollars annuellement, selon le Bloc.

Le parti, qui a déjà dévoilé les grandes lignes de sa plateforme électorale, a décidé d'accorder une place spéciale à l'environnement. Au nombre des promesses, on compte notamment unepéréquation verte récompensant les provinces les moins polluantes, un projet de loi pour forcer le gouvernement fédéral à respecter ses cibles dans le cadre de l'Accord de Paris et la fin des subventions à l'industrie des énergies fossiles.

Donner un coup de main à la relève agricole

En après-midi, le Bloc québécois a présenté son plan pour favoriser la relève agricole et permettre aux agriculteurs de passer plus facilement le flambeau à des membres de leurs familles.

Citant le rapport Portrait de la relève agricole au Québec 2016, le Bloc fait valoir que 22 % des entreprises agricoles seulement ont une relève assurée et que ce taux stagne depuis 2011. Il s’agit toutefois du taux le plus élevé au Canada.

Le contexte agricole a tellement changé que les enfants de ceux qui exploitent les fermes ne sont pas capables de prendre la relève, a déclaré le chef Yves-François Blanchet, lors d’un passage à Lanoraie.

Pour renverser la tendance, le Bloc propose six mesures clés, notamment d’offrir un congé de cotisation de cinq ans aux programmes Agri-stabilité et Agri-protection aux jeunes agriculteurs qui acquièrent une entreprise. Il propose aussi un prêt sans intérêt pour l’achat d’une première entreprise, comme le gouvernement fédéral le fait déjà pour l’achat d’une première maison.

Afin de faciliter les transferts intergénérationnels, le chef du Bloc compte demander à Ottawa de faire comme Québec et de modifier la Loi de l’impôt sur le revenu pour qu’un agriculteur qui vend à un membre de sa famille ait les mêmes avantages fiscaux que s’ils vendaient à un tiers.

Selon le Bloc, l'implantation des mesures coûterait 100 millions annuellement.

Politique fédérale

Politique