•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rencontres de musique spontanée, l'art de créer une conversation en temps réel

Le musicien improvisateur Robin Servant compare la musique spontanée à une conversation avec des amis.

Photo : Radio-Canada

Dereck Doherty

Rimouski est l’hôte, deux fois par année, d’un festival de musique spontanée. Cette musique improvisée, mais non écrite, permet aux musiciens d'exploiter de nouveaux sons et de s’ouvrir à une nouvelle sorte de conversation musicale, qui se construit en temps réel. Incursion dans le monde de l'improvisation musicale.

La musique improvisée, c’est la musique qui se passe dans l’instant même. C’est le discours qui se bâtit à mesure, a illustré le musicien improvisateur Robin Servant. On n’a pas besoin de plan pour avoir une conversation avec des amis, et la musique improvisée, c’est la même chose.

L’une des choses les plus importantes dans cette discipline est l’écoute. C’est comme ça dans n’importe quelle musique, a souligné le percussionniste Mathieu Bec, originaire de France.

Selon lui, ses musiques peuvent paraître confuses, parce que c’est un univers qui est assez bigarré. Toutefois, il aime se trouver à la frontière entre les sons rythmiques et abstraits et un univers minéral parfois, avec beaucoup d’éléments naturels.

Mathieu Bec répond aux questions d'une journaliste dans une salle de spectacles.

Le percussionniste Mathieu Bec aime être à la frontière «entre le rythmique et le non idiomatique».

Photo : Radio-Canada

M. Bec explique qu’il est faux de prétendre qu'une performance de ce type implique toujours une totale improvisation. Selon lui, chaque artiste teinte sa musique selon son formatage culturel.

L'artiste souhaite retrouver une pulsion presque humoristique et pouvoir s’étonner lui-même à travers ses pièces.

Le travail d’improvisation est à la fois épeurant, mais aussi libérateur, parce qu’on se lance dans le vide.

Robin Servant, musicien improvisateur

Selon Robin Servant, l’improvisation musicale pousse l’artiste à se poser des questions comme : Est-ce que ça va marcher? Est-ce que ma boîte à outils va fonctionner? Il a expliqué que malgré ces craintes, ses expériences d’improvisation mènent à des découvertes. C’est là qu’il y a des sons que je n’avais jamais faits arrivent.

Il a indiqué que ce sont des expériences plaisantes, tant qu’il y a de l’écoute, du dynamisme et du mouvement entre les artistes. Ça peut paraître étrange si on n’entend que des enregistrements, mais quand on voit comment les musiciens travaillent, comment la communication se passe, il y a quelque chose de très limpide et très clair dans comment cette musique-là se fait.

Des bâtons de bois, un cône et une petite cymbale.

Certains des objets qu'exploite le percussionniste improvisateur Mathieu Bec.

Photo : Radio-Canada

C’est la passion de certains artistes rimouskois qui a fait évoluer la discipline dans la région. On s’est dit qu’on pouvait peut-être organiser des concerts ici puis faire venir des gens ici pour jouer avec eux, a raconté Robin Servant.

Depuis, plusieurs artistes pratiquent régulièrement l’improvisation musicale à Rimouski. Parmi eux se trouvent des musiciens de très grand calibre, a soutenu M. Servant. C’est merveilleux, a-t-il commenté.

J’ai cette passion-là et je ne fais cette musique que pour ce genre de moment. C’est là où je me sens le plus vivant, a conclu Mathieu Bec.

Avec les informations de Nadia Ross

Bas-Saint-Laurent

Musique