•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de tri de Roberval a ouvert ses portes au public pour sensibiliser la population

Un amas de déchets se trouve dans un centre de tri.

Le centre de tri de Roberval était ouvert au public samedi.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Contamination des produits récupérés, possible consignation du verre, prix des matières recyclées en baisse sur le marché... les défis sont nombreux pour les centres de tri de la province. Dans le but d'éduquer et de sensibiliser la population, plusieurs établissements ont choisi d'ouvrir leurs portes au public samedi. C'était notamment le cas à Roberval.

C'est vers le centre de tri de Roberval que les contenus des bacs bleus des résidents et des commerçants du Lac-Saint-Jean convergent. La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean y trie jusqu'à 13 000 tonnes de matières annuellement.

Des bouteilles de plastique sont entassées dans un conteneur.

Ce conteneur déborde de bouteilles de plastique.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Elle récupère ensuite papier, carton et contenants de verre, de plastique et de métal. Mais dans 12 % des cas, les items sont souillés ou n'ont pas leur place, comme les appareils électroniques et les bonbonnes de gaz, qui doivent plutôt prendre le chemin des écocentres.

Une bonbonne de propane et une bouteille de ketchup sale se trouvent sur un convoyeur.

Certains objets ne peuvent tout simplement pas être recyclés.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Même si le taux de contamination des produits a diminué de 2 à 3 % au cours des dernières années, la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) aimerait améliorer ce bilan. Elle demande aux citoyens de bien nettoyer les contenants. Les défis auxquelles la RMR fait face sont nombreux et chaque matière recyclée vendue sur le marché est importante, explique le directeur général de la RMR Lac-Saint-Jean, Guy Ouellet.

On a perdu au cours des dernières années près de 50 % de nos revenus attribuable à la baisse des marchés, à moins de papier.

Les revenus sont ainsi passés de 1,5 millions de dollars à moins d'un million en quelques années. Ces pertes sont assumées par Québec et les contribuables.

Plus les gens font le bon geste, moins on a de contaminants, plus la matière a une valeur.

Guy Ouellet, directeur général RMR Lac-Saint-Jean

Autre défi en vue: la consignation du verre. Le centre de tri concasse actuellement cette matière pour recouvrir les déchets au lieu d'enfouissement technique d'Hébertville-Station. Si Québec va de l'avant avec la consigne, la RMR du Lac-Saint-Jean devra trouver un autre produit.

D'après les informations de Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Matières résiduelles