•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cinq priorités électorales du maire de Matane

Homme devant un ordinateur

Le maire de Matane souhaite que le fédéral soutienne le développement économique de sa ville.

Photo : Radio-Canada / Jean-françois Deschênes

Joane Bérubé

Le temps des élections est souvent celui de faire le point sur les problèmes et les besoins d’une région. Le maire de la ville centre de la Matanie, Jérôme Landry, énonce cinq demandes pour stimuler la croissance économique locale.

De ces cinq demandes du maire, trois concernent l’emploi.

Pour contrer le manque de travailleurs, Jérôme Landry souhaite que le Bas-Saint-Laurent, et possiblement la Gaspésie, soit désigné par le fédéral, comme région-pilote pour un programme de retour à l’emploi des retraités.

Le maire souligne que des mesures semblables existent au pays, notamment pour que les retraités qui touchent le supplément de revenu garanti soient moins pénalisés sur le plan fiscal.

Selon les données de 2016 de Statistiques Canada, 51 % des aînés de la Matanie touchent le Supplément de revenu garanti (SRG) du gouvernement fédéral.

Le maire se dit aussi préoccupé par les mesures d’accueil des travailleurs immigrants comme par les liens à établir entre les nouveaux arrivants et les employeurs de la région. Il y a beaucoup de travail à faire, dit-il.

Par ailleurs, le maire attend impatiemment les décisions du gouvernement fédéral sur l’avenir de l’édifice René-Tremblay, où travaillent quelque 400 fonctionnaires de Services Canada.

Édifice René-Tremblay à Matane

L'édifice de Travaux publics et Services gouvernementaux du Canada à Matane a été construit en 1975 et a besoin de travaux urgents.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Le bureau de Matane est toujours en lice pour obtenir un important contrat de l’Agence du revenu du Canada pour la numérisation du courrier. La désuétude de l’édifice pourrait toutefois orienter le choix d’Ottawa vers une entreprise privée de Toronto.

On parle de 200-300 emplois. On est convaincu que l’équipe de Matane est de loin la plus performante pour remplir ce mandat-là à des prix très compétitifs.

Le maire compte obtenir un engagement sur ce dossier. On s’attend à avoir des nouvelles de ce côté-là. Est-ce qu’on va avoir une confirmation? Peut-être une promesse électorale.

Notre dossier Élections Canada 2019

Regard vers la mer

Les infrastructures maritimes de la Matanie demeurent une des grandes préoccupations du maire.

La désuétude des installations portuaires a amené au cours des derniers mois le milieu local à se mobiliser pour stabiliser les installations. Le port de Matane fait partie des quatre installations qui seront transférées à Québec par le fédéral le 31 mars 2020.

Le ministre Marac Garneau devant un lutrin

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a annonce une aide de 1,5 million de dollars pour maintenir les installations du port de Matane en attendant sa reconstruction.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Transports Canada, toujours propriétaire, a accepté d’investir 1,5 million de dollars le printemps dernier pour la réparation de l’infrastructure dont l’état de détérioration menaçait la poursuite des transbordements dès l’été 2019.

Le maire Jérôme estime que la somme de 163 millions de dollars associée au transfert de propriété des ports est insuffisante puisqu’elle ne couvrira, selon lui, que les coûts d’une remise à niveau.

Il demande au gouvernement fédéral d'en faire un peu plus. On parle d’un quai qui serait adéquat pour les 25 prochaines années. Comme enjeu, c’est majeur. Il faut que le fédéral soit présent lorsqu’on aura des projets pour le port comme il l’est pour Québec et Montréal.

Deux bateaux ancrés le long de quais entourés de murs de roches qui s'affaissent.

Les murs de gabions de la marina sont en train de s'effondrer.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Enfin, Jérôme Landry souhaite aussi que le fédéral finance une partie du projet de réfection de la marina, un des sites touristiques importants de la ville.

Le projet de 5 millions de dollars a été mis sur la glace par le conseil municipal, faute de financement extérieur pour réaliser les travaux. C’est une situation gênante en pleine saison touristique d’avoir une marina si délabrée, commente M. Landry.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique fédérale