•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de candidat libéral dans Chicoutimi-Le Fjord

Justin Trudeau en point de presse dans un parc.

Le Parti libéral n'a toujours pas complété son équipe dans la région.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

À 10 jours de la date limite du dépôt des candidatures en vue de l’élection fédérale du 21 octobre, l’équipe du Parti libéral du Canada est toujours incomplète au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le nom d’un candidat devrait être annoncé vendredi soir dans Jonquière, mais il n’y a toujours personne de pressenti dans Chicoutimi-Le Fjord, circonscription qui avait pourtant été remportée par le PLC lors de la dernière élection générale en 2015.

Denis Lemieux avait alors été élu, mais il a démissionné deux ans après. C’est le conservateur Richard Martel qui l’avait emporté par la suite lors d’une élection partielle en 2018.

À ce moment, il y avait eu une course à l’investiture pour représenter le Parti libéral, course qui avait été remportée par Lina Boivin. Les choses sont bien différentes cette année, alors que les candidats ne se bousculent pas au portillon. Le président de l’Association libérale fédérale de Chicoutimi-Le Fjord, Jérôme Duchesne, ne cache pas son désarroi.

Je suis étonné moi-même. Je suis surpris effectivement qu’on n’ait pas de candidat.

Jérôme Duchesne, président, Association libérale de Chicoutimi-Le Fjord
Jérôme Duchesne.

Le président de l'Association libérale de Chicoutimi-Le Fjord est surpris de ne pas avoir trouvé de candidat.

Photo : Radio-Canada

Jérôme Duchesne explique qu’habituellement, ce sont des candidats potentiels qui viennent cogner à la porte du parti dans l’espoir de le représenter. Aujourd’hui les efforts de recrutement de l’organisation libérale se butent à des fins de non-recevoir. Les candidats qui ont été approchés ont tous refusé de se lancer, du jamais vu, selon le président de l’association. Il estime que la popularité du candidat conservateur dans la circonscription pourrait expliquer le manque d’intérêt envers le Parti libéral.

C’est sûr que Richard Martel a fait un très bon score, reconnaît Jérôme Duchesne. Ensuite de ça [...] les sondages sont très bons pour lui, donc ça peut rebuter des gens de se présenter. Puis c’est sûr que c’est beaucoup de temps, c’est beaucoup d’investissement pour une personne, ça fait que tout ça accumulé fait en sorte que parfois, ça ne se bouscule pas à la porte pour se présenter.

La candidate du Parti vert dans Chicoutimi-Le Fjord ne partage pas cet avis.

Ce n’est pas une réponse que j’aurais faite, moi personnellement, parce que M. Martel, c’est un candidat comme un autre. Une campagne électorale, ce n’est pas une campagne de popularité. C’est une campagne d’idées, indique Lynda Youde.

Les partis ont jusqu’au 30  septembre, 14 h, pour présenter des candidats.

Avec les informations de Jean-François Coulombe

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique fédérale