•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau de la santé a réduit ses coûts de matériel de 200 M$

Cbristian Dubé intervient en chambre.

Christian Dubé, député caquiste de La Prairie, président du Conseil du Trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mathieu Dion

Mercredi, lors du dépôt de son projet de loi destiné entre autres à réduire les coûts d’approvisionnement dans l’appareil public, le président du Conseil du Trésor a souligné le travail fait en ce sens dans le réseau de la santé par le gouvernement libéral. Nous connaissons maintenant l’ampleur des économies : 200 millions de dollars en trois ans.

Depuis 2012, quand la première cible d’optimisation a été établie, la proportion d’achats devant obligatoirement être regroupés a dépassé les 52 % dans le réseau. À l’époque, le Dr Yves Bolduc était à la tête du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). La cadence se serait accélérée pendant la période de rigueur budgétaire du gouvernement de Philippe Couillard.

Autrefois, un établissement de santé pouvait par exemple acquérir lui-même un défibrillateur cardiaque. Son prix pouvait alors s’élever à 17 000 $, selon le MSSS. En regroupant les achats des établissements pour ce produit, un contrat a pu être établi avec un fournisseur principal au prix de 6000 $ l’appareil. C’est un rabais de 65 %.

Au Québec, trois organismes ont présentement le mandat de regrouper ainsi les approvisionnements en produits et services : SigmaSanté pour la région de Montréal et de Laval, le Groupe d’approvisionnement en commun de l’Est-du-Québec et celui de l’Ouest-du-Québec.

Le MSSS calcule ainsi avoir fait des « économies potentielles de la hauteur d’environ 200 millions » de 2015-2016 à 2017-2018. Le total des coûts d’approvisionnement minimise toutefois cet accomplissement.

En 2018-2019, les achats pour le réseau de la santé et des services sociaux se sont élevés à 4,2 milliards de dollars, soit un peu moins de la moitié des 8 à 9 milliards pour l’ensemble du gouvernement.

Nouvelle structure en vue

Le projet de loi 37 du ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du Trésor Christian Dubé abolira le Centre des services partagés du Québec (CSPQ) afin de créer une nouvelle structure, le Centre d’acquisitions gouvernementales.

Cette agence centralisera tous les approvisionnements qui étaient autrefois disséminés entre le CSPQ et les réseaux de la santé et de l’éducation. Tous les ministères et organismes seront tenus d’adhérer au nouveau système d’achats regroupés; leur participation ne se fera pas de façon volontaire.

Le changement sera majeur, l’économie importante. Il peut s’agir d'achat de papier comme d’ordinateurs ou de l’essence pour le transport. Seuls 3 des 8 à 9 milliards d’achats sont regroupés.

On s'est engagés à ce qu'à la troisième année, on soit capables d'avoir des économies de l'ordre de 300 millions [de dollars] par année. C'est beaucoup, beaucoup d'argent.

Christian Dubé, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du Trésor du Québec

On manque, en ce moment, de très bons acheteurs, a indiqué M. Dubé en référence à une expertise à développer, et c'est ça qu'on va essayer de compléter en mettant tout le monde [ensemble]. On s'est retrouvé avec des inventaires d'ordinateurs qui n'étaient pas nécessaires. Puis, un an plus tard, cet ordinateur n'est pas aussi approprié.

L’organisme à but non lucratif derrière une quarantaine d’achats regroupés dans le milieu de l’éducation émet toutefois des réserves. « L'organisme qui se substituera au CSPQ n'aura ni l'agilité nécessaire en raison de sa structure et de son trop large mandat, ni la proximité du milieu pour bien servir le réseau de l'éducation », a déploré la directrice générale de Collecto, Chedlia Touil.

La pièce législative instituera aussi Infrastructures technologiques Québec qui aura pour mission d’assurer une meilleure gestion des technologies de l’information au sein de l’appareil gouvernemental.

Mathieu Dion est correspondant parlementaire à Québec

Politique provinciale

Politique