•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société Saint-Thomas-d'Aquin aura bientôt un nouveau nom

Des drapeaux acadiens ornent l'intérieur d'une église.

L'intérieur de l'église Saint-Jean-Baptiste de Miscouche, à l'Île-du-Prince-Édouard, décoré à l'occasion du 135e anniversaire de l'adoption du drapeau acadien qui a eu lieu à cet endroit en 1884.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

François Pierre Dufault

À l'aube de ses 100 ans, la Société Saint-Thomas-d'Aquin (SSTA) se prépare à changer de nom. Les membres de l'organisme estiment que ce dernier a besoin d'un nom plus représentatif de la communauté acadienne et francophone d'aujourd'hui à l'Île-du-Prince-Édouard.

Un changement de nom est dans les cartons de l'organisme depuis déjà deux ans. Lors de son assemblée générale annuelle en 2017, ses membres ont donné le mandat au conseil d'administration et à l'équipe de direction de mener à bien un processus de changement de nom et d'officialiser le nouveau nom une fois les célébrations du centenaire terminées.

La SSTA a célébré les 100 ans de sa fondation à la fin août.

Les membres, il y a deux ans, avaient pris la décision de choisir un nom qui serait plus représentatif de la communauté d'aujourd'hui qui est plus diverse, qui a de nouveaux visages et de multiples accents, explique Isabelle Dasylva-Gill, la directrice générale de l'organisme porte-parole de la francophonie insulaire. Ça a été une grosse décision pour la communauté. Surtout qu'on parle d'un organisme qui a 100 ans.

La SSTA est née d'un congrès d'enseignants acadiens.

Lors d'une réunion publique qui a eu lieu le soir du 28 août 1919 dans la paroisse de Bloomfield, dans l'ouest de l'Île-du-Prince-Édouard, les participants ont discuté pour la première fois de la fondation d'une société chargée d'amasser des fonds destinés à l'éducation de la jeunesse acadienne.

Cette société a pris le nom de saint Thomas d'Aquin, un religieux italien du 13e siècle connu pour son œuvre théologique et philosophique et qui a été proclamé saint patron des écoles et des universités catholiques par le pape Léon XIII vers la fin du 19e siècle.

En 1919, la majorité des Acadiens de l'Île-du-Prince-Édouard étaient des fermiers ou des pêcheurs et n'avaient pas les moyens de faire instruire leurs enfants. Or, la communauté acadienne avait grand besoin de gens instruits capables de contribuer à son développement.

Nous comptons bientôt voir plusieurs prêtres, médecins, avocats et autres professionnels acadiens sortir des collèges et universités et marcher à la défense de notre religion, de notre race et de nos droits, dira en 1920 l'un des fondateurs de la SSTA, l'enseignant J.-Henri Blanchard, dont les paroles sont consignées par l'historien insulaire Georges Arsenault dans son livre Les Acadiens de l'Île : 1720-1980, publié en 1987.

Rapidement, l'objectif de la Société Saint-Thomas-d'Aquin n'a plus été seulement d'amasser des fonds pour l'éducation de la jeunesse, mais d'appuyer le plein épanouissement de la communauté acadienne et francophone de l'Île-du-Prince-Édouard.

C'est sûr qu'il y a probablement des gens dans la communauté qui hésitent encore [à changer le nom de la SSTA], mais je pense que pour la grande majorité, le changement est voulu.

Isabelle Dasylva-Gill, directrice générale de la Société Saint-Thomas-d'Aquin

La SSTA invite donc ses membres et ses partenaires à lui soumettre des suggestions de noms plus représentatifs et adéquats. Au cours des prochaines semaines, l'organisme mènera des consultations publiques, à la fois en ligne et en personne, et lors de différentes rencontres à travers la province.

On n'impose rien. On vise vraiment une approche participative et inclusive pour permettre aux gens de contribuer [au changement de nom]. La dernière chose qu'on veut, c'est d'imposer un nom [aux membres] parce que c'est leur organisme porte-parole et on veut qu'ils se sentent engagés, précise Isabelle Dasylva-Gill en entrevue à l'émission Le Réveil Île-du-Prince-Édouard, vendredi.

À la fin des consultations publiques, les soumissions seront analysées par l’équipe de la SSTA et plusieurs suggestions de noms seront fournies au conseil d’administration, qui en retiendra deux. L'organisme lancera ensuite un vote en ligne, ouvert à toute la communauté, pour choisir entre les deux noms présélectionnés par les administrateurs.

Enfin, le nom qui aura obtenu le plus grand nombre de votes sera soumis pour une adoption officielle lors de la prochaine assemblée générale annuelle de la SSTA, qui aura lieu le 26 octobre à Rollo Bay.

Une fois le nouveau nom adopté, l’équipe de la SSTA entreprendra la conception d'un nouveau logo et d'un nouveau site Internet, qui devrait être officiellement présenté au début de l’année 2020.

Le nom de Saint-Thomas-d'Aquin ne disparaîtra toutefois pas complètement, puisqu'il sera par la suite donné à la Fondation acadienne d'aide aux étudiants. Cette fondation est toujours gérée par la SSTA comme en 1919 lorsque les fondateurs de l'organisme se sont donné pour mission d'éduquer la jeunesse acadienne de l'Île-du-Prince-Édouard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Francophonie