•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rouynorandien Éric Villeneuve se qualifie pour les Championnats du monde multisports

Éric Villeneuve pose devant un vélo dans un magasin de sport.

Éric Villeneuve, de Rouyn-Noranda, a décroché la 11e place aux championnats du monde du duathlon en 2006.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Émilie Parent Bouchard

Le duathlète Éric Villeneuve vient d'obtenir un laissez-passer pour représenter le Canada aux Championnats du monde qui se dérouleront à Almere aux Pays-Bas du 3 au 14 septembre 2020.

Éric Villeneuve s'est remis au duathlon récemment, en janvier dernier, après avoir atteint les plus hauts niveaux de son sport en 2006 alors qu'il décrochait une 11e place aux championnats du monde.

Épreuve qu'Éric Villeneuve fera en 2020:

  1. 10 kilomètres de course
  2. 40 kilomètres de vélo
  3. 5 kilomètres de course à pied

Ému par cette nouvelle qui le ramène aux sources puisqu'il a joué au hockey professionnel aux Pays-Bas au début des années 2000, Éric Villeneuve explique qu'il a gagné en sagesse depuis les exploits qui en ont fait l'athlète québécois de l'année en 2002.

C'est pour ça aussi qu'il y avait une certaine motivation de retourner là-bas avec ma copine, mon garçon, confie-t-il, la voix serrée par l'émotion. Je dirais que je suis énervé et relax en même temps. Parce que ce n'est pas comme si j'allais aller compétitionner dans un mois. Je reste vraiment très serein, il faut apprendre à gérer le stress. Je m'en vais là-bas pour compétitionner, mais en voyage aussi.

Entraînement en crescendo

Éric Villeneuve explique qu'il suivra sensiblement le même programme d'entraînement que l'année dernière, alors qu'il s'est remis sérieusement à la course à pied de façon graduelle au mois de janvier dernier.

Un coureur de marathon

Le duathlon est une épreuve de course à pied et de vélo.

Photo : iStock

Une compétition de vélo

Le duathlon est une épreuve qui comprend de la course à pied et du vélo.

Photo : iStock

D'abord, un peu de repos s'était imposé jusqu'aux Fêtes puisqu'il a sollicité son corps à un rythme soutenu pendant huit mois. Et à compter de janvier, une reprise progressive des séances d'entraînement quotidiennes et intensives.

Je vais faire un entraînement intelligent parce qu'à 46 ans, on ne peut pas garder le maximum de la capacité athlétique, les ''peak''. Tu ne peux pas rester là longtemps. Donc, je veux être certain d'atteindre mon max pour le mois de septembre [2020]. Tout va être calculé en fonction de ça. Je vais peut-être faire deux ou trois courses l'an prochain pour être certain de me mettre dans l'équilibre idéal entre ma tête, mon corps et ainsi de suite pour être prêt pour la grosse course, illustre-t-il.

Transmettre la passion aux jeunes

L'école secondaire D'Iberville.

Éric Villeneuve entraîne à la course à pied des élèves de l'école secondaire D'Iberville.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Il fait valoir que le repos de son corps est nécessaire pour éviter les blessures. C'est d'ailleurs l'une des choses qu'il tente de transmettre aux 46 élèves inscrits à la nouvelle concentration « Course, vélo plus offerte » à l'école secondaire d'Iberville et pour laquelle il est entraîneur.

Je leur apprends à courir, on fait beaucoup de technique, fait-il valoir d'emblée, transmettant un autre secret pour éviter les blessures. Je ne vise pas à sortir des champions des jeux du Québec, je veux juste que les jeunes puissent courir. C'est certain qu'un jeune qui est plus fort, on va tout faire pour le faire gagner, entre guillemets, mais celui qui est plus faible va gagner quelque chose aussi parce qu'il se bat contre sa montre, contre lui-même. C'est vraiment d'amener la passion.

L'épreuve à laquelle Éric Villeneuve participera en septembre 2020 cumule 10 kilomètres de course, 40 kilomètres de vélo, ainsi qu'une dernière boucle de 5 kilomètres de course à pied. Il espère terminer la course parmi les 15 premiers duathlètes chez les 45-49 ans.

Abitibi–Témiscamingue

Triathlon