•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un meilleur contrôle de l'oxygène pour réduire la durée des hospitalisations

Le nouveau dispositif créé par l'interniste intensiviste François Lellouche et le pneumologue Erwan L’Her permet d'administrer de façon constante et automatiquement la quantité d'oxygène sécuritaire pour le patient.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Radio-Canada

Une innovation technologique québécoise dans le domaine de l'oxygénothérapie pourrait permettre une révolution dans la diminution de la durée d'hospitalisation.

« Ça fait un siècle qu'on utilise le même système », explique le docteur François Lellouche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

« C'est un système d'ajustement manuel, donc les infirmières doivent revenir pour l'ajuster en permanence. C'est difficile, parce qu'elles ont une charge de travail importante », précise-t-il.

Un dispositif pour mesurer l'oxygène administré aux patients

Le dispositif utilisé actuellement pour administrer l'oxygène au patient date d'une centaine d'années

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Le nouveau dispositif créé par l'interniste intensiviste François Lellouche et le pneumologue Erwan L’Her permet d'administrer de façon constante et automatiquement la quantité d'oxygène sécuritaire pour le patient.

C'est un changement majeur. On pense que ça prendre un certain temps, mais on pense que ça va devenir un standard de soins dans les prochaines années.

François Lellouche, interniste intensiviste, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

« Ce qui va changer pour le patient c'est d'une part une meilleure sécurité puisqu'on va administrer la juste dose d'oxygène », explique le Dr Lellouche.

« On sait qu'il faut éviter de donner trop d'oxygène. Il y a beaucoup de données qui le démontrent depuis les dernières années. Il y a même un excès de mortalité dans certains cas », ajoute-t-il.

Des études cliniques ont également démontré que la technologie permet une diminution de 30 à 50 % de la durée d'hospitalisation.

Jacques Millot, 77 ans, compte parmi les premiers patients au Québec à avoir utilisé chez lui le nouvel appareil d'oxygénothérapie.

Jacques Millot et François Lellouche

Jacques Millot (à gauche) a même pu découvrir qu'il souffrait d'apnée du sommeil grâce à la nouvelle technologie

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

« Tu te sens en sécurité, d'autant plus que l'appareil est monitoré à l'hôpital par les spécialistes, alors j'étais comme suivi 24 heures par jour », témoigne l'homme qui a été hospitalisé pour une pneumonie.

La nouvelle technologie lui a par ailleurs permis de découvrir un problème de santé jusque-là inconnu.

« On a constaté pendant mes heures de sommeil que j'avais des manques d'oxygène, que je faisais de l'apnée du sommeil ce qui n'avait jamais été diagnostiqué chez moi auparavant », raconte M. Millot.

Le produit qui a été homologué par Santé Canada devrait être commercialisé d'ici le début de l'année 2020. Il est déjà vendu sur le marché européen.

Avec les informations de Nicole Germain

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé physique et mentale