•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Fredette : une première biologiste judiciaire témoigne

L'arrière de la résidence de Véronique Barbe à Saint-Eustache.

L'arrière de la résidence de Véronique Barbe à Saint-Eustache.

Photo : Directeur des poursuites criminelles et pénales

Geneviève Garon

Des dizaines de gouttelettes de sang appartenant à Véronique Barbe et Yvon Lacasse ont été prélevées sur les vêtements de l’enfant qu’Ugo Fredette avait emmené dans sa cavale, le 14 septembre 2017.

La biologiste judiciaire Sonia Roy a défilé devant le jury en exhibant le jean que portait le garçon lors de l’arrestation de l’accusé en Ontario, au lendemain des meurtres. Des dizaines de traits de feutre noir indiquaient les taches de sang qui l’ont éclaboussé.

Son chandail de même que ses chaussettes présentaient aussi des taches de sang, selon le témoin. L’analyse a révélé la présence de l’ADN des deux présumées victimes et de l’accusé.

Un jean avec quelques traits noirs indiquant des taches de sang.

Des dizaines de traits de feutre noir indiquent les taches de sang sur le jean que portait le garçon, lors de l’arrestation d'Ugo Fredette en Ontario.

Photo : DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES

Ugo Fredette, 43 ans, subit un procès pour le meurtre au premier degré de son ex-conjointe, Véronique Barbe, à Saint-Eustache. Il serait ensuite parti avec un enfant, aurait tué un automobiliste de 71 ans à Lachute, Yvon Lacasse, avant d’être arrêté en Ontario le lendemain.

Selon une policière, il s’est servi de l’enfant comme d’un « bouclier » avant d’être maîtrisé par les forces de l’ordre qui lui ont envoyé sept décharges de pistolet à impulsion électrique.

Le sang d’Yvon Lacasse a été retrouvé sous les souliers d’Ugo Fredette et sur son sous-vêtement. Le sang de l’accusé a été prélevé sur ses pantalons.

Du sang du septuagénaire et celui de l’accusé se trouvaient aussi dans le véhicule qu’Ugo Fredette aurait utilisé pour transporter son corps jusqu’à un boisé de Harrington, dans les Laurentides.

Une scène de crime ensanglantée

Toutes les traces de sang retrouvées près du corps de Véronique Barbe appartenaient à la femme de 41 ans. Aucune goutte d’Ugo Fredette n’a été retrouvée dans la résidence du couple.

C’est un autre constat de la biologiste judiciaire Sonia Roy, qui a notamment analysé les prélèvements effectués sur le patio arrière de la maison, deux couteaux et le plancher de la cuisine.

Les premières blessures ont été infligées dehors, sur le patio, avant que Véronique Barbe ne se retrouve à l’intérieur. Elle a perdu beaucoup de sang devant le comptoir de la cuisine, a précisé la biologiste, en présentant des photos sanglantes de la scène de crime.

Ugo Fredette aurait poignardé son ex-conjointe à de multiples reprises à l’extérieur, avant de la rentrer dans la maison pour s’en prendre à elle avec un deuxième couteau, car il n’acceptait pas leur rupture, selon la Couronne.

Une deuxième biologiste devrait témoigner lundi : elle sera le 24e et dernier témoin de la Couronne.

L’avocat d’Ugo Fredette annoncera par la suite s’il présente une défense.

Grand Montréal

Procès et poursuites