•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hommage à un manoir centenaire exceptionnellement bien conservé

La façade de la résidence James Murphy.

Cette maison de trois étages et demi a été conçue par l’architecte Robert Ethelbert Mason. Elle a des caractéristiques qui rappellent à la fois le style gothique anglais et le style Château.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Miguel Lachance

La Ville de Thunder Bay a souligné cette semaine le centième anniversaire de la construction de la maison de James Murphy, un magnat du charbon qui a été maire de Fort William, une des deux villes amalgamées pour former Thunder Bay.

Une cérémonie a eu lieu devant la propriété en présence du maire de Thunder Bay, Bill Mauro, et du propriétaire actuel de la Résidence James Murphy, Bruno Valente, un enseignant à la retraite.

Bruno Valente tient le certificat soulignant le centenaire de la maison James Murphy.

Le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, le président du comité du patrimoine, Andrew Cotter et la conseillère municipale du quartier Westfort, Kristen Oliver, ont présenté une plaque à Bruno Valente, propriétaire depuis 33 ans de la Résidence James Murphy.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

La Résidence James Murphy a une longue histoire dans notre communauté, a rappelé Laurie Abthorpe, chercheuse spécialiste du patrimoine pour la Municipalité.

Il est important de reconnaître et de préserver notre histoire locale, et la Résidence James Murphy fait revivre 100 ans d’histoire grâce à son architecture et ses propriétaires précédents.

Laurie Abthorpe, chercheuse spécialiste du patrimoine pour la Ville de Thunder Bay

Plusieurs autres bâtiments historiques de la ville ne sont malheureusement pas dans un aussi bon état, a noté M. Cotter, souvent en raison d’un manque d’argent.

Le premier étage du manoir sert encore aujourd’hui de résidence à M. Valente, et les étages supérieurs sont divisés en plusieurs appartements.

M. Valente a acheté la maison en 1986, un an après qu’elle est devenue la première résidence privée inscrite au registre municipal du patrimoine.

Elle appartenait alors à Charlotte MacGillivray, veuve de Frank Murphy, le plus jeune fils de James.

Le président du Comité consultatif du patrimoine de Thunder Bay, Andrew Cotter a remercié le M. Valente de ses efforts constants pour maintenir en excellente condition une des résidences les plus célèbres de la ville tout en respectant son cachet original.

Le terrain sur le côté de la Résidence James Murphy.

Selon Andrew Cotter, il y avait un terrain de tennis sur gazon près de la maison, un des premiers du genre dans la région.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Qui était James Murphy?

James Murphy, né en Iowa en 1863, est arrivé dans la région de la baie du Tonnerre vers 1884.

Il a travaillé pendant trois ans pour la compagnie Canadien Pacifique, puis a créé sa propre entreprise, la James Murphy Coal Company.

Un édifice commercial.

Ce bâtiment au coin de la rue Simpson et de l'avenue Victoria appartenait autrefois à la James Murphy Coal Company.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

James Murphy a été conseiller puis maire de Fort William. Il occupait ce poste en 1907 lorsque la Municipalité a obtenu le statut de ville.

Il a commandé en 1914 la construction d’un manoir résidentiel sur l’avenue Selkirk.

La galerie avant de la Résidence James Murphy.

Les pierres utilisées pour la construction proviennent de l'île Simpson, dans le nord du lac Supérieur.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

La construction a toutefois été retardée en raison de la Première Guerre mondiale. Il s’y est finalement installé avec sa famille en 1919.

James Murphy était reconnu pour son travail caritatif et son dévouement à l’amélioration de la ville.

Il a notamment dirigé le début de l’électrification de Fort William vers la fin du 19e siècle et a été le président de la compagnie qui publiait le journal Fort William Times.

Il a fait partie d’une grande variété d’organismes, dont le conseil d’administration de l’hôpital McKellar, le conseil scolaire catholique et la Young Men’s Catholic Association.

Un des murs de la Résidence James Murphy.

James Murphy organisait fréquemment des soirées au troisième étage de sa résidence afin d'amasser des fonds pour des organismes locaux.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

James Murphy est mort en 1928, à l’âge de 65 ans.

Comme l'indique son avis de décès, son nom était synonyme de civisme et d'adhésion religieuse aux qualités d'amour fraternel, de foi, d'honnêteté et d'intégrité qui sont le fondement d'un grand citoyen.

Nord de l'Ontario

Histoire