•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Future centrale de police : Labeaume sommé de sortir de son mutisme

Futur emplacement de la nouvelle centrale de police sur le boulevard Louis XIV.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Le maire Labeaume se doit de répondre immédiatement aux nombreuses questions concernant le dossier de la future centrale de police de Québec, réclame le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin.

M. Gosselin est inquiet par les révélations de Radio-Canada à propos du fait que la Ville de Québec exclut désormais la possibilité de fermer les postes de police de Charlesbourg et de La Haute-Saint-Charles cet automne.

Une décision prise notamment parce que le chantier de l'édifice F.X-Drolet, dans le secteur Saint-Roch, accuse des retards importants. Un poste de quartier et la cour municipale doivent y être aménagés.

Mais le ministère de l'Environnement tarde à autoriser la décontamination du site, ce qui paralyse le chantier de 21 millions de dollars.

Le dossier du maire lui-même

Le chef de Québec 21 rappelle que le maire Labeaume a lui-même repris en main le dossier de la nouvelle centrale de police depuis le départ de l'ancien vice-président du comité exécutif, Jonatan Julien.

« Est-ce que c'est ça les grands talents de gestionnaire de Régis Labeaume? », dénonce le chef de Québec 21. « Depuis qu'il a repris le leadership du dossier de la nouvelle centrale de police, on a plus de confusion, puis on a plus d'improvisation dans le dossier ».

Depuis que [Labeaume]est maire de la ville de Québec que le dossier traîne, que le dossier piétine.

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Point de presse du SPVQ

La Ville de Québec a déjà indiqué que le maire Labeaume ne réagirait pas aujourd’hui. « Le maire n’a pas de commentaires à formuler pour l’instant. Le dossier de la future centrale de police suit son cours. »

« Régis Labeaume a le temps de mettre ses bas, ses culottes, sa chemise, sa cravate et venir expliquer aux citoyens cet après-midi où on s’en va avec le dossier de la centrale de police. Ce n’est pas aux fonctionnaires, ce n’est pas à l’adjoint, de venir expliquer ça aux citoyens. C’est à lui », ajoute M. Gosselin.

L'état-major du SPVQ a défendu vendredi après-midi sa décision de fermer les postes de Charlesbourg et de La Haute-Saint-Charles l'automne prochain, pour transférer les patrouilleurs à la vieille centrale Victoria.

La mesure doit être temporaire, mais le syndicat en doute en raison du report de travaux à l'édifice F.X-Drolet dans Saint-Roch, où la Ville prévoit aménager un poste de quartier et la nouvelle cour municipale.

Même si le chantier prévu au mois de juin n'est pas encore lancé, le directeur adjoint à la surveillance du territoire, Jocelyn Bélanger, refuse de s'inquiéter.

« On n'est pas des experts dans les projets immobiliers, on est des experts en sécurité publique », a déclaré M. Bélanger.

« Nos experts en projets immobiliser, c'est le service des immeubles. Ils se penchent là-dessus et ils vont nous revenir avec plusieurs aspects. »

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale