•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une stratégie provinciale sur les protéines animales et végétales

Des haricots rouges et des pois chiches dans des bols blancs.

Cette année, le gouvernement manitobain a mené des consultations avec des industries pour élaborer une nouvelle stratégie de production de protéines animales et végétales.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La province a annoncé, jeudi, une nouvelle stratégie pour faire du Manitoba un chef de file dans la recherche, le développement et la transformation de protéines animales et végétales.

Par le biais de cette politique, première en son genre, le gouvernement encourage le leadership et la collaboration des industries dans le but de faire du Manitoba un fournisseur de protéines de choix.

Cette stratégie est un partenariat avec d’autres provinces pour que les chercheurs et industries manitobaines puissent mettre au point de nouvelles façons d’utiliser les protéines.

La province soutiendra l’industrie en déboursant 362 000 $ dans un centre de développement de protéines à Portage-La-Prairie, le Food Development Centre. 

La demande en protéines végétales augmente de plus de 6 % par année et est censée doubler d’ici 2029. Celle des protéines animales devrait doubler d’ici 2050, écrit le ministre de l’Agriculture, Ralph Eichler, dans le communiqué de presse publié jeudi.

Il ajoute que la stratégie comporte des initiatives pour attirer de nouveaux investissements et étendre la production de protéines animales pour répondre aux besoins du marché.

« Les steaks vont continuer d'exister »

Au premier sommet manitobain sur les protéines ayant eu lieu jeudi à Winnipeg, Sylvain Charlebois, directeur d'Agri-food Analytics lab et professeur à l'Université de Dalhousie, à Halifax, a déclaré que les producteurs de viande ne devraient pas se sentir menacés par la hausse de la demande en protéines végétales. 

Cela ne signifie pas que les steaks vont arrêter d'exister, a-t-il dit. Ils vont continuer d'exister, mais vont être vendus, promus et consommés de façon différente.

Photo de Sylvain Charlebois en gros plan dans un espace public.

Spécialiste en distribution et politique agroalimentaire, Sylvain Charlebois était le conférencier invité au premier sommet sur les protéines à Winnipeg, le 19 septembre.

Photo : Radio-Canada / Lyza Sale

Sylvain Charlebois a également encouragé le secteur agricole à suivre les innovations et à ne pas se limiter à la production des ingrédients traditionnels des saucisses et des burgers de tofu. Une galette végétale de Beyond Meat, par exemple, contient des pois et de l’huile de canola, tandis que les galettes d'Impossible Food sont faites à partir de protéine de soya et d’huile de coco.

Si vous faites les choses bien, avec une bonne stratégie, vous pourrez vous distinguer et présenter des produits différents, faisant partie d’un plus grand éventail de protéines, a conclu M. Charlebois.

Avec les informations de Ian Froese

Manitoba

Politique provinciale