•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an plus tard, la journaliste Claudine Richard retrouve des sinistrés rencontrés dans les secondes suivant le désastre naturel

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

« Je me rappelle très bien ce à quoi je pensais à ce moment-là. J'étais convaincue qu'il y avait des morts. » La soirée du 21 septembre 2018 restera à jamais ancrée dans la mémoire de la journaliste de Radio-Canada, Claudine Richard.

En voiture avec son caméraman, Claudine a pour mandat de rendre compte des dommages qui pourraient être causés par les vents violents annoncés ce jour-là. Son affectateur, Olivier Proulx, la guide en observant les radars. L’équipe se dirige en direction de Chelsea.

Claudine n’en a pas conscience, mais elle croise l’une des six tornades qui a balayé la région d’Ottawa-Gatineau. L’autoroute 5 sur laquelle elle et son caméraman circulent se couvre soudainement de laines minérales, projetées par le vent. Guidée par les débris, l’équipe choisit d’emprunter la sortie Mont-Bleu.

C'est là que je réalise que la laine minérale vient des toits qui ont été arrachés, raconte la journaliste avec émotion.

La tornade vient tout juste de passer. Claudine et son caméraman sortent de leur véhicule. Un son strident d’alarmes de sécurité incendie émane de ce qu’il reste des édifices à logement, éventrés par le vent. Des gens courent et hurlent dans les rues, paniqués. Un homme arrête les voitures, en priant les passagers de se mettre immédiatement à l’abri, convaincu que la tornade va resurgir.

Claudine est la première journaliste à rapporter en direct les dommages dans ce secteur du bas de la côte du Mont-Bleu, à l’intersection des rues Jummonville et Daniel-Johnson. La vidéo qu’elle partage sur le réseau social Facebook est visionnée plus d’un million de fois.

Au moment même où Claudine rapporte les ravages qu’elle constate, derrière la caméra, une femme sanglote en s’y agrippant.

L’émotion, sur place, c’était envahissant.

Claudine Richard, journaliste à Radio-Canada

Claudine est secouée. Les témoins pleurent à son micro. Elle porte une main sur leur épaule.

Claudine Richard devant son téléphone, à la recherche de citoyens du Mont-Bleu.

La journaliste Claudine Richard a pu retrouver des sinistrés des tornades, un an plus tard.

Photo : Radio-Canada

Encore aujourd’hui, Claudine reste touchée par ces gens qu'elle a rencontrés dans les secondes qui ont suivi le drame. Un an plus tard, elle est partie à leur recherche pour savoir comment ils se portent aujourd'hui.

J'ai pu aller prendre des nouvelles de ces gens-là, j'avais l'impression que j'avais vécu un moment émotif spécial avec eux, poursuit-elle.

Un an plus tard, on a peut-être pas tout à fait tourné la page. Il reste beaucoup à faire.

Claudine Richard, journaliste à Radio-Canada

Claudine a réussi à retrouver la plupart des gens à qui elle a parlé dans les secondes qui ont suivi le drame.

La suite du récit, dans la vidéo ci-haut.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Incidents et catastrophes naturelles