•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edward Penner condamné à la perpétuité pour un meurtre au Yukon

Un avocat répond aux questions de journalistes.

L'avocat de la défense s'est abstenu de dire si son client, condamné à la prison à vie, allait faire appel.

Photo : Radio-Canada / Chris Windeyer

Radio-Canada

Le Britanno-Colombien Edward James Penner a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans, après avoir été reconnu coupable de meurtre au premier degré d'Adam Cormack, alors âgé de 25 ans, survenu à Whitehorse il y a un peu plus de deux ans.

Un jury de 12 personnes a rendu son verdict devant la Cour suprême du Yukon jeudi après-midi, après une journée de délibérations. Le juge Scott Brooker a prononcé la peine.

M. Penner a été inculpé en juillet 2017, quelques jours après que le corps du jeune homme a été retrouvé sur un chemin de terre au nord de Whitehorse.

La police bloque l'accès à l'endroit où le corps d'Adam Cormack a été retrouvé en 2017.

Le corps d'Adam Cormack a été retrouvé sur ce chemin du nord de Whitehorse. Il a été mortellement atteint par balle au-dessus de l'oreille droite.

Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

La Couronne a passé plus de deux semaines à présenter son dossier. Le procureur Tom Lemon a résumé l'affaire, mardi, en affirmant que les éléments de preuve n’indiquaient qu'une possibilité : que l’accusé envisageait de tuer Adam Cormack à la manière d'une exécution en lui tirant une balle dans la tête avec un fusil AR-15.

Tom Lemon a précisé que M. Penner et M. Cormack étaient tous deux impliqués dans le trafic de drogue et que l’accusé s'était rendu à Whitehorse afin d'enquêter sur une arme de poing manquante.

Des cris de joie et des sanglots se sont élevés jeudi dans la salle d'audience lorsque le président du jury a rendu son verdict.

« Je te déteste »

Theresa Cormack, la mère de la victime, a eu des mots durs envers l'assassin de son fils.

Elle a remercié le jury, puis s'est adressée directement à M. Penner. Je te déteste, lui a-t-elle dit. J'espère que tu pourriras en enfer [...] Le karma viendra pour toi.

Mme Cormack a décrit sa souffrance depuis la mort de son fils, affirmant qu'elle prenait des médicaments et qu'elle consultait un psychiatre. Elle a dit ne pas travailler depuis deux ans et devoir regarder autour d'elle lorsqu'elle quitte la maison pour aller au magasin.

Chaque jour est un combat qui ne devient pas plus facile.

Theresa Cormack, la mère de la victime

Certaines preuves accablantes

M. Penner s’est abstenu de faire tout commentaire devant le tribunal.

S'exprimant devant des journalistes à l'extérieur de la salle d'audience, l'avocat de la défense, André Ouellette, a déclaré que le procès s'était déroulé plus rapidement que prévu.

Il y avait des preuves substantielles, certaines étaient accablantes, certaines très ambiguës. Mais les jurés les ont entendues et ils ont pris leur décision, a-t-il déclaré.

M. Penner a 30 jours pour faire appel.

Grand-Nord

Crimes et délits