•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas de plus vers une nouvelle fonderie de ferrochrome en Ontario

Un travailleur surveille l’écoulement de fer en fusion.

La minière Noront Resources prévoit ouvrir une fonderie de ferrochrome à Sault-Sainte-Marie.

Photo : Reuters / Jianan Yu

Bienvenu Senga

Le projet de construction d’une fonderie de ferrochrome de la minière Noront Resources à Sault-Sainte-Marie franchit une nouvelle étape. L’entreprise a annoncé vendredi un partenariat avec l’aciérie Algoma Steel et la firme de génie-conseil Hatch afin de poursuivre les travaux d’élaboration de l’usine.

Dans le cadre d’un bail emphytéotique de 99 ans mais renouvelable tous les cinq ans, Noront louera une ancienne friche industrielle de l’aciérie Algoma Steel, où la minière prévoit ériger son usine de ferrochrome.

Le président-directeur général de Noront Resources, Alan Coutts, rappelle que le site de l’aciérie a été choisi parce qu’il permettrait un éventuel partage de certaines ressources entre la minière et Algoma Steel, telles que les infrastructures de chargement et de déchargement des navires.

On en aura besoin pour l’envoi ou la réception de certains de nos produits de ferrochrome, explique-t-il.

Pour sa part, la firme Hatch sera responsable des travaux d’ingénierie et de soutien à l’exploitation du gisement minier Eagle’s Nest du Cercle de feu ainsi que du projet d’usine de ferrochrome. 

Il s’agit d’une vraie collaboration “faite en Ontario” sur l’un des projets les plus importants sur les plans social et économique que notre province ait jamais vu.

Alan Coutts, président-directeur-général de Noront Resources
Un homme en costume et qui a la barbe blanche.

Alan Coutts est directeur général de l’entreprise minière Noront Resources.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

L’aciérie Algoma applaudit l’entente qu’elle qualifie de partenariat d’affaires de grande valeur

C’est une occasion très intéressante pour la ville de Sault-Sainte-Marie [...] et nous avons hâte d’explorer toutes les options de synergie économique avec Noront, la Ville et les nombreux groupes d’intérêt qui participeront à ce projet, a fait savoir le directeur général d’Algoma Steel Michael McQuade. 

Une carte aérienne montrant la région du Cercle de feu.

Le Cercle de feu est situé à environ 540 km au nord de Thunder Bay et à environ 240 km à l’ouest de la baie James.

Photo : Noront Resource

Même son de cloche pour la firme Hatch, dont le directeur général Joe Lombard souligne une avancée significative non seulement pour Noront et  Algoma Steel, mais aussi pour tout le Nord de l’Ontario et les Premières Nations de la région

Nous sommes très heureux de prendre part à ces projets transformateurs et de développer avec Noront des solutions innovatrices qui apporteront  une prospérité à long terme à Sault-Sainte-Marie, affirme M. Lombard.

La ville de Sault-Sainte-Marie a été choisie en mai 2019 pour accueillir la fonderie de ferrochrome, au bout d’un long processus de sélection. Noront Resources avait aussi évalué les candidatures des villes du Grand Sudbury, de Thunder Bay et de Timmins avant de les éliminer.

Le partenariat prévoit aussi l’octroi par Noront Resources de 750 000 actions à Algoma Steel.

Si la Bourse TSX approuve la transaction, l’aciérie pourra également acquérir jusqu’à 750 000 actions supplémentaires au prix de 26 cents chacune.

L'Ontario réaffirme son soutien

Le député provincial progressiste-conservateur de Sault-Sainte-Marie, Ross Romano, qui était présent lors de l’annonce, rappelle son engagement personnel et celui du gouvernement ontarien à soutenir le projet.

Un homme souriant regarde la caméra.

Le député conservateur Ross Romano est ministre de la Formation et des collèges et Universités.

Photo : Radio-Canada / Angela Gemmill

Je travaillerai avec nos partenaires d’affaires pour chacune des étapes du processus, note-t-il.

Aucune route ne mène toutefois vers le Cercle de feu et les activités d’exploitation de la fonderie ne pourront réellement débuter que si la construction d’une telle infrastructure est terminée.

Par courriel, une porte-parole du ministre ontarien de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines, Greg Rickford, explique que des évaluations environnementales menées par des Premières Nations sont en cours, ce qui constitue la première étape vers la construction d’une route d’accès nord-sud.

Un homme pose devant un sapin.

Greg Rickford est le ministre ontarien de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines.

Photo : Parti progressiste-conservateur Ontario

Nous demeurons engagés à construire cette route qui établira la liaison entre des communautés, qui améliorera les retombées sociales et économiques et créera de grandes opportunités dans le Nord, indique le bureau du ministre Rickford.

M. Coutts se dit très optimiste quant aux résultats des négociations avec les Premières Nations.

Nous croyons qu'il s'agit d'une bonne approche. Il s'agit des territoires ancestraux des communautés autochtones et elles détiennent une compréhension unique du territoire. Nous croyons que nous développerons une bonne collaboration dans ce processus, affirme-t-il.

Il doit y avoir une route, parce que s’il n'y en a pas et qu’il n'y a pas de progrès significatif dans ce sens, nous ne développerons pas l’usine de ferrochrome.

Alan Coutts, président-directeur général de Noront Resources

Le début des travaux de construction de la fonderie est prévu pour 2024, le temps de conclure toutes les évaluations environnementales requises.

Selon M. Coutts, les travaux de construction pourraient prendre de deux à trois ans.

Nord de l'Ontario

Métaux et minerais