•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau veut discuter avec Singh de la controverse sur le « blackface »

Jagmeet Singh durant une annonce de campagne à Essex, en Ontario.

Jagmeet Singh a dit qu’il était « ouvert » à discuter avec Justin Trudeau.

Photo : Radio-Canada / Adrian Wyld

Valérie Boisclair

Après avoir présenté ses excuses aux Canadiens pour avoir arboré un « blackface » à plus d'une reprise, Justin Trudeau souhaite s’entretenir avec son rival néo-démocrate, le premier chef de parti fédéral issu d’une minorité visible. Jagmeet Singh a indiqué vendredi que le bureau du chef libéral avait contacté le sien.

De passage à Essex, en Ontario, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) comptait parler d’une mesure phare de son programme : l’instauration d’une assurance-médicaments pour tous les Canadiens d’ici la fin de 2020, évaluée à 10 milliards de dollars.

L’annonce a toutefois été éclipsée par la controverse du « blackface » entourant Justin Trudeau. Appelé à réagir, Jagmeet Singh a accusé le chef libéral d'agir d’une façon en privé, et d’une autre en public.

Estime-t-il que le chef libéral n’est pas sincère lorsqu'il présente ses excuses aux Canadiens? « Exactement. Il y a deux M. Trudeau », a-t-il répondu sans hésiter.

« Il y en a un qui dit que l’amélioration des relations avec les communautés autochtones est la chose la plus importante, qui parle de diversité. Mais, en privé, il se moque des personnes en raison de la couleur de leur peau », a-t-il déclaré, faisant référence aux commentaires désobligeants du chef libéral envers des protestataires autochtones lors d’une soirée de financement du Parti libéral, en mars dernier.

À ceux qui voient les images de leur premier ministre et qui sentent qu’ils n’ont pas leur place dans ce pays, j’aimerais dire : vous êtes aimé; vous avez votre place ici; vous êtes importants.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Lors d'une allocution prononcée en milieu d'après-midi, le chef néo-démocrate a soutenu que cette tendance de M. Trudeau « à se moquer des communautés marginalisées » avait un impact sur les politiques publiques du gouvernement.

Selon lui, il faut investir dans les soins de santé, les soins dentaires, les transports collectifs et le système de justice criminelle pour combattre ces « inégalités ».

S’il demeure convaincu que Justin Trudeau n’est pas le même « derrière les portes closes », Jagmeet Singh a tout de même accepté de s’entretenir avec lui. Le bureau de M. Trudeau a joint le sien, a confirmé le chef du NPD. « Je suis ouvert à l’idée d’une conversation en privé », a-t-il déclaré, refusant d'indiquer ce qu'il comptait dire au chef libéral.

Justin Trudeau, lui, a fait part de son intention de s'excuser auprès du chef néo-démocrate. « Je vais certainement partager avec M. Singh les excuses que j’offre à tous les Canadiens qui vivent de la discrimination à tous les jours, que j’ai blessés par mes actions », a-t-il fait savoir lors d’une conférence de presse à Toronto, où il a annoncé son intention de bannir les armes d’assaut.

Le chef libéral entend aussi aborder la question de la lutte contre la discrimination, afin de déterminer comment « un gouvernement […] peut donner plus d’opportunités aux Canadiens qui vivent de la discrimination à cause de leur identité ». Ni Justin Trudeau ni Jagmeet Singh n'ont évoqué de date précise pour cet entretien.

En quelques jours, des images montrant Justin Trudeau le visage maquillé de noir, lors de trois occasions distinctes, ont ressurgi, provoquant un véritable ressac dans la campagne libérale.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique