•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’École nationale de police du Québec fête ses 50 ans

Gens qui défilent dans la rue en uniforme et des drapeaux.

Défilé dans les rues de Nicolet pour les 50 ans de l'École de police du Québec (ENPQ)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’École nationale de police du Québec (ENPQ) de Nicolet a profité de la remise des diplômes à sa 205e cohorte pour célébrer son 50e anniversaire, vendredi.

Depuis 1969, l’ENPQ a formé plus de 32000 aspirants policiers. 

Vendredi, 72 personnes ont reçu leur attestation dans le cadre d’une cérémonie spéciale, en raison du 50e anniversaire.

Une cérémonie de droit de cité, de tradition militaire britannique, s’est déroulée dans les rues de Nicolet. L’institution demande ainsi à la Municipalité le privilège de poursuivre ses activités.

Musiciens qui défilent devant l'école nationale de police.

Un défilé a été organisé vendredi à l'occasion du 50e anniversaire de l'École nationale de policie de Nicolet (ENPQ).

Photo : Radio-Canada

Le droit de cité est un honneur conféré à une institution par les autorités municipales, lui accordant ainsi le privilège de poursuivre ses activités en ses murs, indique l’ENPQ.

La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, a ainsi symboliquement accordé ce droit à l’École nationale de police du Québec.

Un défilé est parti de l’École nationale de police pour se rendre jusqu’à l’hôtel de ville.

Policiers alignés devant l'hôtel de ville de Nicolet.

Les nouveaux diplômés de l'École nationale de police du Québec se sont rendus jusqu'à l'hôtel de ville de Nicolet, dans le cadre d'une cérémonie de tradition militaire britannique.

Photo : Radio-Canada

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault était à Nicolet pour l’occasion. 

D'anciens élèves de la toute première cohorte étaient aussi présents.

L’ENPQ a été inaugurée le 4 octobre 1969 en présence du premier ministre du Québec de l’époque, Jean-Jacques Bertrand.

Avec des informations de Catherine Bouchard

Mauricie et Centre du Québec

Histoire