•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de trains vers le Grand Nord ontarien

Un train d'Ontario Northland.

Le train Polar Bear Express de la Commission de transport Ontario Northland relie Cochrane à Moosonee.

Photo : Rebecca McGlynn

Radio-Canada

L’agence de transport public Ontario Northland a réduit la fréquence du train passager Polar Bear Express, qui relie Moosonee et Cochrane.

Le service qui était offert le dimanche est supprimé.

Il ne reste plus que quatre trajets hebdomadaires pour l’automne et l’hiver.

La décision est d’ordre économique, selon la porte-parole d'Ontario Northland, Rebecca McGlynn.

Il y a une baisse du nombre d’usagers, note-t-elle.

Vue aérienne du train Polar Bear Express sur une voie ferrée dans une région sauvage et enneigée.

Le train Polar Bear Express d’Ontario Northland quitte Cochrane en direction de Moosonee.

Photo : Ontario Northland

Le NPD dénonce les compressions

Ces changements forceront les résidents des communautés autochtones de la baie James à dépenser plus d’argent pour des services essentiels, dit le député provincial néo-démocrate de Mushkegowuk-Baie James, Guy Bourgouin.

Un homme avec des lunettes

Le député néo-démocrate Guy Bourgouin

Photo : Radio-Canada

S’il n’y a pas de trains, il faut qu’ils restent en ville [Cochrane] une journée de plus, ce qui leur coûte plus d’argent, a indiqué M. Bourgouin sur les ondes du Matin du Nord.

Il indique que ces résidents doivent souvent quitter la côte ouest de la baie James afin de recevoir des services comme des soins médicaux ou encore passer leur permis de conduire.

Ce sont des frais supplémentaires que nous n’avons pas besoin de payer parce que nous avons tous ces services-là, ajoute-t-il. Mais eux, il faut qu’ils sortent de Moosonee juste pour recevoir ces services, ce qui peut coûter cher.

Dans un communiqué, le député indique craindre que la diminution des trajets du Polar Bear Express ne nuise au développement économique de Moosonee.

Le train est essentiel pour mener à bien plusieurs projets de développement touristique et économique, dont la construction d’un poste de police de la PPO, un hôtel et un nouvel hôpital, dit le député Bourgouin.

Le maire de Moosonee Wayne Taipale ajoute sa voix à celle du NPD et qualifie la décision de pas en arrière.

Une motoneige à l’extérieur de l’édifice de la Première Nation Moose Cree.

Le complexe communautaire est le point de rassemblement pour les habitants de Moose Factory.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Sur la page Facebook de la Première Nation Moose Cree, la nouvelle est accueillie avec indignation.

Ils réduisent les services et c’était leur objectif depuis le début, dénonce Bernice Morrison qui est originaire de Moosonee.

La route d'hiver reliant les communautés autochtones de la côte ouest de la baie James.

La route d'hiver reliant les communautés autochtones de la côte ouest de la baie James.

Photo : CBC/Megan Thomas

Outre le service ferroviaire, Moosonee et Moose Factory sont accessibles soit par avion soit par des routes de glace durant l’hiver.

Toutefois, le Grand conseil Mushkegowuk étudie la possibilité de construire une route permanente.

Vous feriez mieux de pousser plus fort pour la route toute l’année, affirme l'utilisateur Patrick Cheff.

Nord de l'Ontario

Transports