•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs de sept sociétés d'État pourraient déclencher la grève le 30 septembre

Donna Harpauer en conférence de presse.

La ministre des Finances de la Saskatchewan, Donna Harpauer, dit qu'il y a une loi en place pour éviter l'interruption de services, si plusieurs sociétés d'État étaient en grève au même moment.

Photo : CBC

Radio-Canada

Les travailleurs de sept sociétés d'État, membres du syndicat Unifor, ont voté mardi en faveur d’un mandat de grève. Il s’agit des employés de SaskTel, SecureTek, DirectWest, SaskEnergy, SaskPower, SaskWater et de l’Agence de la sécurité de l’eau de la Saskatchewan, souligne la province.

Le mandat de grève pourrait toucher de 4300 à 4400 employés, précise le gouvernement dans une déclaration écrite publiée jeudi.

Les syndiqués entendent ainsi mettre la pression sur le gouvernement dans les négociations pour le renouvellement de leurs conventions collectives.

L’assistant du président national de syndicat Unifor, Chris MacDonald, affirme que la province aurait pu éviter les moyens de pression si elle mettait fin au gel des salaires des employés de la province ; un geste qu’il qualifie « d’absurde ».

À titre d'exemple, soulève-t-il, SaskTel offre présentement aux membres d'Unifor un contrat de trois ans ne prévoyant aucune augmentation de salaire en 2019 et en 2020 et proposant une augmentation de salaire de 1 % en 2021.

Chris MacDonald avance que les augmentations de salaire de 0 % ne constituent pas une option. Il qualifie l’offre sur la table « d’insultante ».

J'ai contacté le gouvernement et je leur ai dit que la situation ne sera pas résolue s’il ne prend pas les devants.

Chris MacDonald, assistant du président national d'Unifor

Concernant les membres du syndicat Unifor chez SaskTel, les négociations se poursuivront les 26 et 27 septembre, mais si elles échouent, le syndicat se dit prêt à interdire les heures supplémentaires à compter du 30 septembre. Les travailleurs pourraient déclencher une grève, en guise de dernier recours.

Vers une rupture de services?

Chris MacDonald affirme que le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, dirige tout droit la province vers des ruptures de services.

Tout cela arrive parce qu'il refuse d'accorder aux travailleurs de la Couronne la même augmentation de salaire que celle qu'il s'est lui-même accordée, lance-t-il.

La ministre des Finances, Donna Harpauer, note que même si plusieurs unités de négociation font la grève en même temps, une loi est en place pour garantir les services essentiels à la population.

Nous respectons le processus de négociation, y compris le droit de grève.

Donna Harpauer, ministre des Finances de la Saskatchewan

Nous encourageons toutes les parties à négocier de bonne foi à la table. Les sociétés d'État ont des plans à leur disposition pour assurer la continuité des activités. Elles devront avoir recours au personnel de direction pour continuer à servir les résidents de la Saskatchewan, précise Donna Harpauer.

Le président national du syndicat Unifor, Jerry Dias Dias, participera à la session de négociations du 26 septembre.

Avec les informations de CBC

Saskatchewan

Politique provinciale