•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guillaume Carle accusé de délits sexuels sur un mineur

Guillaume Carle, portant un couvre-chef autochtone, parle au micro.

Guillaume Carle (à gauche) lors d'une réunion de la Confédération des peuples autochtones du Canada (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Guillaume Carle, 59 ans, grand chef autoproclamé de la Confédération des peuples autochtones du Canada (CPAC), fait face à trois chefs d’accusation pour des crimes d'ordre sexuel. Selon les dossiers judiciaires, la présumée victime avait moins de 14 ans au moment des faits.

Sa comparution en cour est prévue pour le 25 septembre. Guillaume Carle devra se défendre devant les tribunaux contre des accusations d’agression sexuelle commise avec une autre personne, de contacts sexuels et d'incitation à des contacts sexuels.

Selon les informations contenues dans l’acte d’accusation, les trois accusations découlent d'événements qui se seraient produits sur plus d’une année, soit entre le 1er mars 1988 et le 30 avril 1989.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a porté des accusations le 12 septembre à la suite d’une enquête de la police de Gatineau.

Dans une entrevue accordée à CBC, Guillaume Carle a déclaré qu'un procès prouverait son innocence et a nié avec véhémence les faits qui lui sont reprochés.

Ottawa-Gatineau

Crimes et délits