•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Live Nation-Ticketmaster hausse le prix des billets près des allées

Des rangées de sièges rouges dans un stade séparées par une allée.

Les sièges au bout des rangées sont souvent plus populaires, mais nombre de spectateurs ne sont pas prêts à payer plus pour ces billets.

Photo : Getty/Istockphoto / Kevin Brine

Michel Bolduc

Vous préférez avoir un siège près de l'allée lorsque vous allez voir un spectacle? Vous devrez payer plus cher pour votre billet, selon la nouvelle politique du promoteur Live Nation à Toronto.

Par exemple, pour le concert de Green Day au Centre Rogers, à Toronto, l'été prochain, pour lequel les billets ont été mis en vente la semaine dernière, les sièges situés au bout des rangées se vendent de 6 % à 26 % (10 $ à 20 $) de plus que les autres sur le site de Ticketmaster.

Pourquoi une telle facturation supplémentaire? Pourquoi avoir à payer plus non seulement pour le siège au bord de l'allée, mais aussi pour le deuxième de la rangée?

Le prix des billets près des allées augmentera-t-il à tous les concerts au Centre Rogers? Qu'en est-il de l'aréna Banque Scotia? Des autres salles de spectacles au pays?

Ticketmaster nous a dit de contacter sa société mère, Live Nation Entertainment, qui n'a pas voulu répondre à nos questions, malgré de nombreux courriels et appels.

L'une des enseignes extérieures rouges du Centre Rogers.

Le Centre Rogers, à Toronto, le domicile des Blue Jays, a accueilli des concerts d'envergure au fil des années, que ce soit ceux de U2 ou d'Ed Sheeran.

Photo : Radio-Canada

Le professeur de marketing Richard Powers, de l'Université de Toronto, explique que ce genre de facturation supplémentaire, de plus en plus répandue aux États-Unis, permet au promoteur d'accroître ses revenus sans avoir à augmenter le prix de tous les billets et risquer de déplaire à encore plus de fans.

Pour bien des concerts et des artistes, le prix des billets a atteint un plafond. Les promoteurs doivent donc penser à d'autres moyens plus stratégiques d'extraire davantage d'argent des sièges.

Richard Powers, professeur à l'École de gestion Rotman

Il souligne que les sièges au bout des rangées sont souvent prisés des spectateurs, parce qu'ils peuvent ainsi sortir et entrer plus rapidement de leur siège sans avoir à monter par-dessus les autres [spectateurs].

Par ailleurs, les spectateurs assis près de l'allée peuvent étendre un peu plus leurs jambes.

Au Québec?

Le promoteur de spectacles evenko indique que les politiques en matière de prix des billets au Centre Bell dépendent des artistes. Quant au Canadien de Montréal, il n'impose pas de facturation supplémentaire actuellement pour les sièges près des allées. L'équipe n'a pas donné plus de détails sur ses intentions.

Réactions de spectateurs

Bien des fans torontois semblent avoir fait un pied de nez à Live Nation et à sa nouvelle politique en boudant les billets plus chers près des allées lors de la prévente pour le concert de Green Day, la semaine dernière.

Kuhali Dasgupta en entrevue sur le trottoir près du Centre Rogers, à Toronto.

Kuhali Dasgupta n'est pas prête à payer plus pour être assise au bout de l'allée.

Photo : Radio-Canada

Nombre de personnes interrogées près du Centre Rogers n'étaient pas prêtes non plus à débourser davantage pour s'asseoir au bout d'une rangée.

Je suis étudiante et ça ne vaut pas la peine pour moi de payer plus.

Kuhali Dasgupta, Torontoise
Anaïs Vives et son époux Gregory se regardent, alors qu'un journaliste leur demande leur opinion.

Anaïs Vives ne paierait pas plus pour un siège près de l'allée, mais son mari, Gregory, est plus ambivalent.

Photo : Radio-Canada

Anaïs Vives, une Française en visite à Toronto, ne voit pas l'intérêt de payer plus, mais son mari, Gregory, pense que ça peut valoir le coup.

C'est vrai que c'est plus facile quand t'es sur le côté pour appeler le gars qui te ramène une bière ou un coca.

Gregory Vives, touriste français

Pas d'intervention du gouvernement Ford

Le ministère ontarien des Services aux consommateurs indique qu'il suit les développements dans l'industrie de la vente des billets et agira, si nécessaire, pour s'assurer que les consommateurs sont bien protégés. En d'autres mots, pas d'intervention provinciale pour l'instant.


À lire aussi :

Deux approches

Ann Swerdfager, porte-parole du Festival de théâtre de Stratford, en Ontario, raconte que les spectateurs doivent payer plus depuis 2015 pour un siège en fin de rangée.

Les sièges près de l'allée sont toujours très demandés, explique-t-elle. Grâce à notre très petite facturation supplémentaire, on permet à ceux qui veulent ou ont absolument besoin d'une place au bout de la rangée d'y avoir accès plus facilement [parce que ça dissuade les autres d'acheter ces billets].

La facturation supplémentaire s'applique aussi au deuxième siège de la rangée, question de ne pas séparer une paire, dit Mme Swerdfager. Les frais supplémentaires sont généralement de 5 $ par billet.

Il y a eu peu de commentaires négatifs, selon Mme Swerdfager. Toutefois, les spectateurs auraient peut-être réagi différemment, admet-elle, si les tarifs avaient bondi de 10 $ à 20 $ d'un coup.

Nombre de théâtres aux États-Unis imposent eux aussi des frais supplémentaires pour les sièges près des allées, raconte John Karastamatis, porte-parole de Mirvish.

Quoi qu'il en soit, le promoteur torontois de comédies musicales n'impose pas de frais supplémentaires à l'heure actuelle. Nous avons une meilleure offre pour notre auditoire, dit M. Karastamatis.

Pour le moment, nous suivons les vieilles traditions de cette forme d'art millénaire, dit-il. Mais éventuellement, on pourrait être forcés de suivre la tendance actuelle.

Selon le professeur Powers, Live Nation devra peut-être ajuster sa facturation supplémentaire pour trouver le montant idéal entre revenus accrus et acceptation [du public] à payer plus.

Pour leur part, les grandes équipes sportives torontoises que sont les Blues Jays, les Raptors et les Maple Leafs assurent qu'elles n'ont pas l'intention de hausser le prix des places au bout des rangées lors de leurs matchs.

Musique

Arts