•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

280 M$ pour les soins à domicile au Québec

L'organisme de soins à domicile de Magog, PersonnAide, ferme ses portes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement Legault souhaite offrir des soins à domicile à plus de 3500 usagers supplémentaires dès cette année, en plus d'intensifier l'aide offerte aux usagers existants grâce à l’investissement de 280 millions de dollars prévu dans le premier budget de son mandat.

La ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann a indiqué qu'une partie des 280 millions de dollars budgétés permettront d'offrir des services à quelque 3500 nouveaux usagers. De plus, 171 millions seront consacrés à l'augmentation, tant en volume qu'en intensité, des services à domicile offerts aux usagers actuels.

Lionel Carmant, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, de même que la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, étaient également présents lors de l'annonce à Montréal.

Les trois ministres espèrent que ces mesures permettront de désengorger les hôpitaux et les urgences. Bonifier le soutien à domicile était l’une des promesses phares de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui souhaite augmenter de 10 % par année le nombre de personnes âgées qui restent à la maison.

Ce qu’il faut faire, c’est non seulement donner des services à plus de personnes, mais il faut intensifier les services pour l’ensemble des personnes qui ont déjà des services à domicile.

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

Le défi de l'embauche de travailleurs en santé

Le gouvernement espère pourvoir l'équivalent de 2 500 postes à temps à complet dès cette année pour offrir 1,5 million d'heures de soutien à domicile de plus que l'an dernier.

Embaucher des centaines de préposés posera un défi, reconnaît la ministre McCann. Nous sommes conscients qu'il y a quelque chose à faire, a-t-elle assuré, en soulignant que le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, est « très sensible à la question ».

Le président de la Fédération de la santé et des services sociaux, Jeff Begley, doute toutefois que cet objectif soit réaliste dans le contexte actuel. Les conditions salariales, je pense que tout le monde reconnaît ça, mais il y a aussi les conditions d'exercice, a-t-il souligné.

Le salaire des préposés aux bénéficiaires sera d'ailleurs au cœur des négociations des prochaines conventions dans le secteur public cet automne.

Avec les informations de Davide Gentile

Santé

Politique