•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduire l'écart en éducation chez les Autochtones pour prévenir les arrestations

Des jeunes lèvent la main.

Si on arrivait à combler l’écart entre les résultats scolaires des populations autochtones et non autochtones, il serait possible de limiter la hausse de contacts avec le système de justice à 17 %, soutient une nouvelle étude de Statistique Canada (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une nouvelle étude produite par Statistique Canada prévoit que le nombre de Saskatchewanais ayant des contacts avec le système de justice augmentera de 27 % d’ici 2036. Si on arrivait à réduire l’écart entre les résultats scolaires des Autochtones et des non-Autochtones, il serait possible de limiter cette hausse à 17 %, soutient l’étude.

Statistique Canada utilise des données du plus récent recensement pour établir des projections démographiques en vue de l’année 2036.

À partir d’un modèle statistique, appelé Demosim, il est possible de projeter dans l’avenir un grand nombre d’indicateurs démographiques, tels que l’âge, le sexe ou l’origine ethnique, et de produire différents scénarios.

Le directeur du Centre canadien de politiques alternatives pour la Saskatchewan, Simon Enoch, soutient que les conclusions de cette étude cadrent avec celles d'autres études.

L'adoption de bonnes politiques publiques aujourd'hui peut prévenir les crises sociales du futur.

Simon Enoch, directeur du Centre canadien de politiques alternatives pour la Saskatchewan

Nous avons constaté que, là où nous réduisons cet écart [lié aux résultats scolaires], les peuples autochtones feraient des gains tout au long de leur vie [...] amélioreraient leur état de santé, etc., ajoute-t-il.

La criminalité, un problème majeur de la province

Selon Statistique Canada, le nombre de personnes en contact avec le système de justice pénale dépasserait largement la croissance démographique de la province, si l’écart entre les résultats scolaires des Autochtones et des non-Autochtones reste le même.

En 2018, le taux de criminalité signalé par la police était deux fois plus élevé que la moyenne nationale. D'ailleurs, 74 % des détenus étaient des adultes autochtones.

Or, la population de la Saskatchewan devrait augmenter en moyenne de 16 % entre 2011 et 2036, la croissance étant de 46 % dans la population autochtone.

Pendant plusieurs années, les résultats scolaires des élèves des Premières Nations et métis de la Saskatchewan étaient à la traîne par rapport à ceux des élèves non autochtones.

Au cours de l'année scolaire 2016-2017, le taux de diplomation des étudiants autochtones autodéclarés était de 43,2 %, contre 85,4 % pour les non-Autochtones.

Les auteurs de l'étude précisent toutefois que l'approche statistique utilisée a ses limites.

L’entrée en contact avec le système de justice constitue un problème complexe et multidimensionnel, indépendamment de l'identité autochtone.

D’autres indicateurs tels que la santé mentale et les antécédents de consommation de drogues peuvent aussi entrer en jeu.

Avec les informations de Kelly Provost de CBC News

Saskatchewan

Éducation