•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés syndiqués de la Sépaq en grève à minuit samedi

Un cerf de Virginie en gros plan, sa tête émergeant des hautes herbes.

Une grève de 5 jours touchera les 14 réserves fauniques de samedi jusqu'à jeudi prochain, dont celle de Papineau-Labelle.

Photo : Getty Images / MARVIN RECINOS

Radio-Canada

En pleine période de chasse au gros gibier, les employés de la Sépaq devraient déclencher à compter de minuit une, samedi, une grève générale pour la période du 21 au 26 septembre.

Les négociations en vue du renouvellement de la convention collective à la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) ont été interrompues mercredi soir, les positions des parties semblaient irréconciliables pour le moment.

Au début du mois, les 2200 syndiqués avaient rejeté une entente de principe pour une nouvelle convention collective d'une durée de cinq ans.

Selon la direction de la Sépaq, les nouvelles demandes syndicales sont 50 % plus élevées que ce qui était prévu dans l'accord rejeté.

Ces demandes-là sont irréalistes et déraisonnables. On ne peut pas poursuivre les négociations sur ces bases-là. Il va falloir que la partie syndicale revoie ses demandes, a soutenu le porte-parole de la Sépaq, Simon Boivin.

La Sépaq nous a dit qu'on pouvait couper la tarte différemment, mais que ça serait la même tarte qu'on aurait. Pour les membres qu'on représente, ce n'est pas assez, a insisté Christian Daigle, président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

Des manifestants qui brandissent des drapeaux dans les airs.

Les deux parties devraient reprendre les discussions la semaine prochaine.

Photo : Radio-Canada

Réserve faunique Papineau-Labelle

Partagée entre les régions de l'Outaouais et des Laurentides, la réserve faunique de Papineau-Labelle, qui emploie entre 40 et 45 personnes en période de haute saison, sera touchée par cette grève.

Selon M. Boivin, il y a un total de 342 forfaits de chasse à l’orignal ou au chevreuil qui sont offerts dans la réserve annuellement.

Chaque groupe est composé entre deux et huit chasseurs.

L’an dernier, 59 orignaux et 95 cerfs ont été abattus dans la réserve faunique Papineau-Labelle.

Chaque jour passé dans un établissement de la Sépaq génère en moyenne plus de 60 $ par personne en retombée dans la région.

Moyens de pression

À moins d'un revirement de situation rapide, une grève de 5 jours touchera les 14 réserves fauniques de samedi jusqu'à jeudi prochain.

La Sépaq assure que tous les clients qui ont effectué des réservations pourront profiter de leurs activités prévues.

Certains services seront cependant réduits.

Les deux parties devraient reprendre les discussions la semaine prochaine.

Avec les informations de La Presse canadienne avec Radio-Canada

Ottawa-Gatineau

Relations de travail