•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse des frais destinés à l’assurance salaire des employés du CISSS-AT

10 personnes sont assises autour d'une table. Ils regardent leurs feuilles et ordinateurs.

Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue anticipe aussi un déficit de 30 millions de dollars pour l’année 2019-2020.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Les frais destinés à l’assurance salaire des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) ont diminué de 12 % depuis le 1er avril.

Cette diminution représente tout près de 28 000 heures. Elle est bien accueillie par la direction du CISSS-AT, qui doit composer avec un déficit accumulé de près de 14 millions de dollars.

Les facteurs sont multiples. On a embauché 4 nouvelles personnes pour faire de la prévention, donc éviter que les gens partent en assurance salaire ou se blessent ou soient malades au travail. Ça, c’est un des facteurs qui a certainement contribué. Également de bien accompagner la personne qui est malade pour favoriser un retour oui plus tôt, mais aussi dans de meilleures conditions, explique la présidente-directrice générale du CISSS-AT, Caroline Roy.

Déficit de 30 M$

Par ailleurs, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue anticipe un déficit de 30 millions de dollars pour l’année 2019-2020.

Plusieurs facteurs expliquent cette réalité selon Caroline Roy.

Par exemple, quand on parle des coûts qu’on doit assumer pour le déplacement des usagers qui se déplacent dans les grands centres. C’est des coûts qu’on a assumés qui sont assez importants, de l’ordre de 6 millions de dollars annuellement. Également, on a une augmentation très importante au niveau du recours à la main-d’œuvre indépendante. Après 20 semaines d’activité en début d’année, ça représente tout près d’un million de dollars par période, donc par mois, où on dépense en main-d’œuvre indépendante, précise-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique