•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Calgary Transit enquête sur un refus de service pour deux mots en français

Un billet d'autobus sur lequel on peut lire : Journèe (sic) Adulte, fin de la journee valide.

Calgary Transit publiera un message destiné à tous ses chauffeurs d’autobus pour leur rappeler que les billets peuvent être imprimés dans les deux langues.

Photo : Twitter (Rob Maciak)

Radio-Canada

Rob Maciak affirme avoir été expulsé, vendredi dernier, d'un autobus par une chauffeuse de Calgary Transit qui l'aurait accusé d’avoir falsifié son billet. Il dit qu'elle n'a pas compris la signification des deux mots écris en français : « adulte » et « journée ».

Le Calgarien choisit toujours le français quand on lui offre le choix. À sa banque ou sur les réseaux sociaux, c'est pour lui une façon de l'intégrer dans son quotidien et de conserver sa maîtrise de la langue. Il est diplômé d’un programme d’immersion française.

Portrait de l'homme sur fond de ciel.

Rob Maciak est diplômé d’un programme d’immersion française et un ancien employé des Forces armées.

Photo : Rob Maciak

Quand il se présente devant les bornes en libre-service de Calgary Transit, le même réflexe le suit. Il clique sur l'image du drapeau de la France pour modifier la langue de l'interface. Or, ce changement modifie aussi le billet, qui s'imprime alors dans la langue de Molière.

Dans les derniers mois, il soutient que ses billets en français ont été refusés à plus d’une reprise par des chauffeurs qui n'auraient pas compris ce qui y était écrit.

Il raconte qu'il a contacté le service à la clientèle qui lui aurait alors suggéré, si la situation se reproduisait, de se tourner vers les autres passagers pour qu’ils traduisent avec leur téléphone cellulaire les mots de son billet.

Vendredi dernier, la validité de son droit de passage a été à nouveau contestée par une employée de Calgary Transit, qui n'aurait pas compris le sens des mots « adulte » et « journée ». Sans autre passager à bord, il lui a demandé de vérifier elle-même la traduction à l’aide de son téléphone.

Elle a refusé, raconte-t-il, et elle m’a demandé de débarquer parce que je n’étais pas "collaboratif". Elle m'a dit que je devrais retourner en France ou peu importe d’où je viens.

Calgary Transit n’a pu confirmer les détails de l’incident, mais a toutefois présenté de brèves excuses à Rob Maciak sur Twitter. Le responsable des communications de la société, Stephen Tauro, indique qu’une enquête est en cours. Des caméras et des micros à bord de l’autobus permettront de savoir exactement ce qui s’est produit, et ce, d’ici deux semaines.

En attendant, il promet que Calgary Transit publiera un message destiné à tous ses chauffeurs d’autobus pour leur rappeler que les billets peuvent être imprimés dans les deux langues.

Cette information n'est toutefois pas donnée dans la formation obligatoire des chauffeurs calgariens.

Avec les informations de Tiphanie Roquette

Alberta

Francophonie